Morts de cyclistes sur les routes: il fait un tour d'Europe à vélo pour dénoncer l'hécatombe (semaine 2)

Morts de cyclistes sur les routes: il fait un tour d'Europe à vélo pour dénoncer l'hécatombe (semaine 2)

Publié le :

Mercredi 12 Juillet 2017 - 15:45

Mise à jour :

Jeudi 13 Juillet 2017 - 16:04
Michel Debien est un passionné de cyclisme et s'est lancé le pari fou de faire le tour d'Europe à vélo, un périple de 100 jours qu'il a commencé le 21 juin. Pour "FranceSoir", ce fabricant de roues haut de gamme raconte son périple dans un journal de bord, étape par étape. Lors de sa deuxième semaine, il a entamé son périple au Royaume-Uni.
©DR
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Afin de défendre la cause des cyclistes, trop souvent mis sur le bas-côté, Michel Debien s'est lancé le défi de faire le tour d'Europe à vélo. Un pari qu'il a commencé le 21 juin. Au programme: la traversée de 38 pays en 100 jours, soit 14.247 kilomètres sur la selle. Passionné de cyclisme, ce fabricant de roues de 58 ans raconte pour +FranceSoir+ son périple. Voici son journal de bord.

 

>Lundi 26 juin

Loïc est très intéressant, il connaît beaucoup de choses. Comme moi, il a changé de vie. On va se revoir dès mon retour. Sortie de Paris sans encombre, avec beaucoup de prudence, direction Evreux, pour embarquer au Havre mercredi direction UK!

Le président d’un club cyclo m’a invité à boire un coup. J’ai bu une bouteille d’un litre d’eau pétillante d’un trait, un grand moment de bonheur! Il m’a conseillé d’éviter un quartier de Mantes-la-Jolie, effectivement les policiers rencontrés non loin du lieu m’ont donné le même conseil, troublant! J’y suis passé quand même, je me suis juste fait traiter de "n***** ta mère", ça doit être un compliment local.

Données techniques du jour

Parcours du jour: Paris - Evreux  (116 kilomètres – 5h30 – 21,000 km/h)

Réseau pistes cyclables: C’est toujours la même chose... des pistes cyclables inutilisables. Des bandes de terres, qui pourraient être transformées en bandes de roulement pour cyclistes. Tout semble avoir été pensé pour décourager les cyclistes d’utiliser la route.

Comportement des automobilistes: Encore des encouragements et des félicitations par rapport au projet, mais toujours trop de dépassements avec une distance de sécurité inférieure au mètre, et en plus hors agglomération, alors que le code de la route impose 1m50.

 

>Mardi 27 juin

Les jambes vont bien, le moral est bon. C’est la dernière étape en France avant deux mois et demi. La Normandie est grise ce matin, et le ciel est menaçant. Je prends le bac à Quillebeuf pour traverser la Seine: courte traversée, juste cinq minutes. Le tour d'Europe en 100 jours attire toujours beaucoup de sympathie et une multitude de questions. Puis la pluie s’invite pour gâcher la fête, je roule encore. J’arrive au Havre frigorifié, mes affaires trempées, épuisé. La pluie c’est pire que la canicule et le vent, une horreur.

Laurent, mon hôte de ce soir, est un vrai globe-trotter. Il a parcouru le monde en vélo! Toutes ces rencontres me démontrent chaque jour que voyager à vélo est le mode le plus économique, et que WarmShowers est un moyen génial d’économiser les frais du voyage. En une semaine, j’ai dépensé moins de 20 euros, qui dit mieux pour 1.000 kilomètres parcourus?

Données techniques du jour

Parcours du jour: Evreux – Le Havre  (116 kilomètres – 6h03 – 20,000 km/h)

Réseau pistes cyclables: Les trottoirs permanents aux intersections sont épuisants. Il est temps de réfléchir à la circulation des cyclistes sur les routes. Rouler à vélo est devenu extrêmement dangereux mais aussi pas toujours agréable. 

Comportement des automobilistes: En Normandie, il semblerait que les automobilistes soient plus patients et prudents, ça se ressent de suite. Les routes sont larges mais pas toujours bordées d’une voie cyclable, c’est pourtant si simple. Les départementales et les nationales sont les voies les plus directes, mais en l’absence d’une bande cyclable qui longe la voie, le danger est permanent. Même lorsqu'il arrive des véhicules en face, l’automobiliste qui précède un cycliste veut PASSER, c’est son idée fixe PASSER! Alors évidemment à trois sur la largeur totale de la route c’est la roulette russe, ça passe ou pas!

 

>Mercredi 28 juin 

C'est ici que la route s'arrête. Cet endroit s'appelle le bout du monde.

>Jeudi 29 juin 

Première étape en Angleterre, ça surprend! Le temps déjà. Nous sommes en été et ici je me crois en automne, presque en hiver parfois. Et rouler à gauche, il faut s’y faire très vite! William m’accompagne un bout de chemin et me mets sur la route. J’ai bien gagné deux heures. Ici, les panneaux jouent à cache-cache et les distances ne sont pas indiquées. C’est très facile de se perdre. C’est d’ailleurs ce qui m’est arrivé toute la journée!

La route n’en finit pas de monter et descendre, avec du soleil ça irait beaucoup mieux. Je n’imagine même pas l’hiver ici, ça doit être terrible. Après une multitude d’arrêts pour demander la route et consulter Maps, j’arrive enfin à Devizes. Grand luxe, je m’offre un Fish&Chips, c’est excellent! McDonald’s est largué, il n’y en a pas ici.

Cath est occupée et viendra me chercher dans le centre ville vers 19h. J’attends dans un bar car il fait froid. Les Anglais sont froids également. Je n’ai pas encore vu un sourire, le temps probablement. Certains me parlent du Brexit, mais je n’y comprends rien. Ce soir repas indien, excellent. Nuit parfaite comme d’habitude même si le matelas gonflable et le duvet ne remplacent pas un vrai lit.

Données techniques du jour

Parcours du jour: Southampton – Devizes (116 kilomètres – 6h08 – 20,000 km/h)

Réseau pistes cyclables: Les pistes cyclables sont souvent des petits sentiers pour le VTT perdues dans la pampa, impraticables, mais j’ai surtout l’impression qu’elles ne mènent nulle part. Pas de panneau, pas d’info.

Comportement des automobilistes: Même si je suis déjà allé en Angleterre, c’est la première fois de ma vie que je roule à gauche. Ca fait bizarre, je me suis fait rappeler à l’ordre deux ou trois fois. Les Anglais semblent plus prudents que les Français: lorsque des véhicules arrivent en face ils ne doublent pas, et attendent patiemment, c’est déjà ça. Et lorsque qu’il n’y a personne en face, ils doublent sur l’autre voie! Je n’y étais pas habitué. 

>Vendredi 30 juin 

Départ de chez Catherine, un peu tard. Toujours ce maudit travail de bureau qui m’empêche de vraiment profiter de mes hôtes, et ce sentiment de culpabilité si je bâcle ce que je dois faire au quotidien, cruel dilemme chaque jour. La sortie de Devizes est à l’instinct et au GPS: les panneaux sont peu parlants pour un Français et mon accent déplorable m’oblige à répéter souvent quand je demande un renseignement.

Pour me nourrir le midi, j’ai trouvé la combine. Je bois un café dans un restaurant, j’explique mon tour d’Europe et je demande s'ils ont de la nourriture non vendable car je n’ai pas d’argent, ça fonctionne! A Bath, une ville thermale fondée par les Romains, une charmante vendeuse m’offre une frite–saucisse, excellente.

Dans Bristol, je suis complètement perdu. Je demande ma route à Paul qui m’accompagne jusqu’à la sortie de la ville, j’ai du mal à le suivre. Maïté prendra le relais, une Française qui pratique le vélotaf et qui rentrait chez elle. Puis, c’est un gringalet en balade que j’ai également du mal à suivre qui m’amènera au pont pour rentrer dans le Pays de Galles: Wales disent-ils!

Dans Newport, impossible de trouver ma route. Je prends donc l’autoroute et aucun coup de klaxon pour me signaler mon erreur. Angela, qui n’avait pas donné signe de vie, se manifeste, quel soulagement! Elle vient me chercher à 500 mètres de son domicile. Je découvre une zone urbaine grand luxe avec des cottages probablement pour riches! Ici, tout est nickel.

La maison d’Angela est too much, un raffinement hors du commun. Le dîner est au diapason de sa maison, un vrai festin! Après le dessert, nous avons droit au fromage avec jambon et petits toasts… Original!

Données techniques du jour

Parcours du jour: Devizes - Blackwood (137 kilomètres – 6h42 – 20,300 km/h)

Réseau pistes cyclables: En campagne, des pistes cyclables longent les routes, mais sont très étroites et sales.

Comportement des automobilistes: Ce deuxième jour en UK confirme la sensation d’hier. Les Britanniques sont plus patients et utilisent peu le klaxon. Ici, c’est autorisé de rouler à deux de front, ça agace les conducteurs de voiture, mais ils sont très respectueux de la loi, et patientent. Jamais de geste d’incivilité me dit Maïté, une Française rencontrée à Bristol.

 

>Samedi 1er juillet 

Le Pays de Galles est très différent de l’Angleterre: les gens sont souriants et accueillants, les automobilistes encore plus patients. Ici ce n’est pas écrit en anglais mais en gallois, je ne vous dis pas comme ça aide! Par contre, le climat est identique. Je n’arrive pas à croire que nous sommes en été. Je quitte Angela et Maria au bord de la route, elles m’ont accompagné un bout de chemin. Chaleureuses embrassades, nous nous promettons de nous revoir.

Pour le repas du midi, l’habitude est maintenant prise, et chaque jour vers midi je mendie un peu de nourriture. Immanquablement, j’ai droit à quelque chose avec le sourire en plus. Ici, les gens sont très concernés par les œuvres de charité. Dans la rue, on me glisse même des pièces dans la poche. Aujourd’hui j’ai eu droit à l’équivalent de sept euros, cadeau!

J’ai croisé un groupe de vacanciers cyclistes, lesquels m’ont mis sur la bonne route. Heureusement car je ne comprends pas encore le Gallois. Pour arriver jusqu’au manoir de Andy; c’est un vrai dédale de chemins abrités par des haies. Après une heure de recherche diverses, et l’aide de la population locale, j’arrive enfin.

Andy a préparé une plâtrée de pâtes aux légumes pour ses trois invités: deux jeunes filles arrivent vers 22h avec des vélos d’un autre temps. Elles ne font que 50 miles par jour. Aujourd’hui, je m’en suis tapé le double, soit pas loin de 140 kilomètres. Pour l’instant, je n’ai réalisé que 10% du challenge, il reste encore 90 étapes.

Chaque nuit, je dors parfaitement malgré un nouveau couchage à chaque fois. Serait-ce le vélo qui me sert de somnifère? 

Données techniques du jour

Parcours du jour: Blackwood - Pontyates (133 kilomètres – 7h08 – 20,000 km/h)

Réseau pistes cyclables: Parfois les grandes routes sont bordées d’une vraie voie cyclable, mais souvent les pistes sont un vrai dédale que seuls connaissent et pratiquent les cyclistes locaux.

Comportement des automobilistes: Troisième jour en UK, au Pays de Galles. Les automobilistes semblent aimer les cyclistes, mais roulent assez vite. Ils doublent souvent sur la voie de droite (ici on roule à gauche). Quelques rares excités doublent à la française, très près. 

 

>Dimanche 2 juillet

Toute la journée sera une succession de côtes et de descentes. Malgré les haies permanentes au bord des routes, le vent est toujours présent au Pays de Galles. A la mi-journée j’ai faim et comme d’habitude, la gentillesse typiquement galloise sera vérifiée. Un super repas, merci au chef de Fox&Hounds à Bancyfelin. Les Gallois sont sympathiques, souriants et ils adorent leur région. Même en pleine campagne, ceux qui promènent leurs chiens ramassent les crottes, Français prenez exemple!

Je n’ai pas mis pied à terre mais il s’en est fallu de peu: des montées sévères et incessantes, des descentes abruptes. Je suis passé dans le village de Geraint Thomas de la Sky, je comprends qu’il soit bon grimpeur. J’arrive enfin à Fishguard, bien plus tard que prévu, comme d’habitude.

Stena Line m’offre la traversée, 40£ d’économisées, environ 50 euros. Mon histoire plaît beaucoup ici. Pourtant, je ne fais que pédaler, rien de vraiment extraordinaire. Le soutien technique et moral de ceux qui croient en la réussite du défi est précieux, sans vous ce serait impossible, merci! Un Irlandais séduit par mon histoire me tend délibérément 25£ pour me soutenir, je n’ai même pas besoin de demander, la générosité est omniprésente ici! Un peu d’émotion dans ce monde de brutes ne dérange rien!

Le bateau tangue, je suis inquiet pour mon vélo, je ne voudrais pas qu’il tombe. La traversée dure quatre heures.

Données techniques du jour

Parcours du jour: Pontyates - Fishguard(93 kilomètres – 5h12 – 20,000 km/h)

Réseau pistes cyclables: Les voies rapides à quatre voies séparées par une barrière sont bordées par des bandes cyclables très étroites, mais le cycliste est en sécurité. Par contre ce n’est pas agréable tant le flot des véhicules est dense. 

Comportement des automobilistes: Le 4ème jour en UK confirme le légendaire fair-play britannique, pas de coup de klaxon intempestif, les dépassements se font sur l’autre voie. Et lorsque des véhicules arrivent en face, ils attendent, le rêve!

 

La suite du périple de Michel Debien à suivre très prochainement sur FranceSoir.fr

>Pour lire l'intégralité du carnet de voyage de Michel Debien, rendez-vous sur son blog (à voir ici)

Michel Debien poursuit son tour d'Europe sur les routes du Royaume-Uni.


Commentaires

-