Morts de cyclistes sur les routes: il fait un tour d'Europe à vélo pour dénoncer l'hécatombe (semaine 1, partie 1)

Morts de cyclistes sur les routes: il fait un tour d'Europe à vélo pour dénoncer l'hécatombe (semaine 1, partie 1)

Publié le :

Mardi 04 Juillet 2017 - 15:46

Mise à jour :

Mardi 04 Juillet 2017 - 16:49
Michel Debien est un passionné de cyclisme et s'est lancé le pari fou de faire le tour d'Europe à vélo, un périple de 100 jours qu'il a commencé le 21 juin. Pour "FranceSoir", ce fabricant de roues haut de gamme raconte son périple dans un journal de bord, étape par étape.
©DR
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Afin de défendre la cause des cyclistes, trop souvent mis sur le bas-côté, Michel Debien s'est lancé le défi de faire le tour d'Europe à vélo. Un pari qu'il a commencé le 21 juin. Au programme: la traversée de 38 pays en 100 jours, soit 14.247 kilomètres sur la selle. Passionné de cyclisme, ce fabricant de roues de 58 ans raconte pour FranceSoir son périple. Voici son journal de bord.

>Mardi 20 juin

Départ de Bassanne à 14h. Tous les avis et conseils que j’ai pu obtenir ne m’ont pas rassuré. Arrêt chez l’assureur pour une mise en suspend de l’assurance de la voiture. Puis, arrêt à la station pour le graissage de la chaîne. J'ai mangé une glace mais est-ce bien raisonnable? 

Arrivé place de l’église Saint Michel à Bordeaux vers 20h, Vincent (son premier hôte WarmShower, NDLR) est à la terrasse d’un café. Nous marchons à pied jusqu’à son domicile, les courroies du sac à dos me scient les épaules, c’est une horreur. Vincent cuisine des pâtes pour lui mais ne m’en propose pas, un quiproquo sans doute. Puis, nous discutons jusqu’à minuit. Vincent est allé en Mongolie en vélo avec un ami, il m’a un peu parlé de son voyage, et mis en garde sur l’état des routes dans les pays des Balkans. Son canapé est finalement confortable, malgré les apparences.

Vincent, le premier hôte WarmShower de Michel Debien.

Données techniques du jour 

Parcours du jour: Bassanne – Bordeaux Gare Saint-Jean (71 kilomètres – 3h40’ – 20,8 km/h)

Réseau pistes cyclables: En s’approchant de Bordeaux, des pistes cyclables se multiplient, comme toujours pas entretenues, fréquentées par des marcheurs et couvertes de bouts de verres, j’ai l’habitude.

Comportement des automobilistes: Je roule toujours au maximum à droite, presque dans l’herbe, mais ça ne suffit pas, plus on s’approche de Bordeaux et plus les automobilistes sont nombreux. Ils n’ont qu’une obsession: passer!

 

>Mercredi 21 juin

Réveil naturel à 6h. Douche puis un verre d’eau et une banane pour le petit déjeuner. Vincent dort encore. Je dois me coucher plus tôt, six heures de sommeil c’est trop juste. Une pointe d’angoisse est présente, mais personne ne m’a obligé, c’est mon choix ce tour d'Europe. C’est parti, traversée de Bordeaux par des pistes cyclables très fréquentées et embouteillées par des marcheurs, des skateurs et des poussettes. Je crois bien que je vais le redire pendant 100 jours. 

Arrivé chez mes amis Berlureau vers 13h. Nous nous connaissons depuis presque 40 ans, des personnes formidables qui m’adorent. André m’offre une selle Brooks rodée et retaillée. Et heureusement car avec celle que j’avais sur le vélo, je n’aurais pas terminé. Le changement et les réglages auront pris du temps, mais c’était vital. Direction Angoulême où j’ai vécu quatre ans.

A Voeuil-et-Giget, Mathieu le sculpteur m’interpelle et m’offre un verre, je n’ai pas pu refuser. Enfin j’arrive chez mes amis Didier et Magali. Un repas sportif m’attendait, vite dévoré. Puis, après la douche, la nuit sur un canapé qui ne se déplie pas. J’ai mal dormi mais c’est toujours mieux que l’abribus.

Données techniques du jour 

Parcours du jour: Bordeaux - Angoulême (148 kilomètres – 7h38’ – 20,7 km/h)

Réseau pistes cyclables: Pour sortir de Bordeaux, des pistes cyclables sont obligatoires. Mais comme toujours, les intersections avec le réseau routier sont nombreuses, avec des trottoirs qui obligent à descendre et remonter du vélo très souvent. Quand celui-ci pèse 20 kilos c’est éprouvant.

Comportement des automobilistes: C’est vrai que je suis très observateur, et très critique sur le comportement des automobilistes qui me dépassent, c’est terrifiant! Evidemment il y a des comportements civiques et prudents, quelques-uns. Il ne faut pas les ignorer. Mais ne pas minimiser tous les dépassements dangereux, ils sont majoritaires. Aujourd’hui encore, j’aurai pu mourir 10 fois, peut être 100. Il suffit d’éviter un trou, une pierre pour faire un écart, et ça peut être fatal!

 

Jeudi 22 juin

Départ d’Angoulême beaucoup plus tard que prévu. Je n’ai pu m’empêcher de saluer une personne qui m’est chère, très chère. Je suis donc parti vers midi et ça il ne faut jamais le faire: au fur et à mesure de la journée, la fatigue s’accumule et l’heure tardive d’arrivée impose de se coucher tard et de ne pas pouvoir travailler sur l’ordinateur: classer les photos, remplir le blog et la page facebook, écrire le résumé de la journée, etc. C’est au moins deux heures de boulot chaque soir.

Il m’arrive chaque jour des choses formidables, j’en suis étonné, agréablement surpris. Des automobilistes lisent le panneau à l'arrière de mon vélo et m’encouragent. Un camping-car s’est même arrêté. A Ruffec, je suis entré dans un bar pour remplir mon bidon et quel festin surprise! La patronne m’a dit: "vous devez avoir faim aussi, asseyez vous!". Elle m’apporta un succulent couscous, et un dessert, plus un café et tout ça gratuitement. Je dois faire terriblement pitié!

Données techniques du jour

Parcours du jour: Angoulême centre ville commissariat - Poitiers (126 kilomètres – 6h16’ – 20,100 km/h)

Réseau pistes cyclables: A Angoulême, les pistes cyclables sont assez mal pensées, très sales, pas d’entretien. Mais ce n’est pas le pire de la journée. Comme la nationale 10 est interdite au cyclistes, j’ai du emprunter des routes secondaires minuscules et me suis perdu! Mon départ tardif m’avait mis en retard, j’ai donc décidé d’emprunter la nationale 10, malgré que ce soit interdit, je n’en pouvais plus. La BAU, bande d’arrêt d’urgence fait 3 mètres de large, largement suffisant pour un vélo, mais c’est prohibé. Un automobiliste a prévenu la gendarmerie et je n’ai pas tardé à être raccompagné sur un autre itinéraire. Je n’ai pas été verbalisé. Mon tour d’Europe à dû attendrir les deux gendarmes. Mais quel dommage de ne pouvoir utiliser une belle route, plus directe et au rendement impeccable, encore un point important à discuter avec les députés.

La nationale 10 est interdite aux cyclistes.

Comportement des automobilistes: Les conducteurs de poids lourds sont tout de même les pires, même si certains se décalent totalement sur la voie de gauche, d’autres dépassent à quelques centimètres, je n’exagère pas. Le souffle d’air peut carrément projeter un cycliste au bas du fossé, c’est inacceptable.

La suite du périple de Michel Debien à suivre très prochainement sur FranceSoir.fr

>Pour lire l'intégralité du carnet de voyage de Michel Debien, rendez-vous sur son blog (à voir ici)

Michel Debien a commencé son périple le 21 juin.


Commentaires

-