Pénurie d'essence en vue dans de nombreuses régions

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 05 décembre 2019 - 16:26
Image
Une station-service en pénurie de carburant.
Crédits
©Damien Meyer/AFP
De nombreuses stations-essence sont déjà à sec ce jeudi 5 décembre
©Damien Meyer/AFP

Faut-il craindre une pénurie généralisée de carburant dans les jours à venir ? S’il est trop tôt pour le dire, une chose est sûre : sept des huit raffineries françaises étaient fermées ce jeudi 5 décembre dans la cadre de la grève contre la réforme des retraites. Certaines stations sont déjà à sec.

Selon le patron de la branche Chimie de la CGT, une telle mobilisation dans les dépôts pétroliers est du jamais-vu. Pour l’heure, il n’y aurait « pas d’impact direct sur les stations-service », selon Total sont 12 dépôts sur 200 sont bloqués. Mais force est de constater que plusieurs centaines de pompes à essence sont à sec sur l’ensemble territoire.

Pour connaître l’approvisionnement des stations-service près de chez vous, consultez la carte ci-dessous du site mon-essence.fr

Les préavis sont déposés pour 24 heures reconductibles dans certaines raffineries telles que celle de Fezin, dans l’Isère, ou de Donges, en Loire-Atlantique. Mais d’autres sites ont d’ores et déjà annoncés une grève de plusieurs jours. Ainsi, en Normandie et à Grandpuits, en Seine-et-Marne, la grève est partie pour durer au moins 36 heures.

A Mède, dans les Bouches-du-Rhône, elle est même annoncée pour durer jusqu’à lundi.

A lire aussi : la grève reconduite jusqu'à lundi inclus

A n’en pas douter, donc, l’approvisionnement des stations-essence pourrait commencer à se compliquer dès le début de la semaine prochaine. Et la ruée vers les pompes risque d’accentuer une pénurie prévisible.

Le risque semble particulièrement élevé dans certaines régions telles que la Bretagne, la Provence-Alpes-Côte-d’Azur ou encore en Rhône-Alpes.

Notez que si l’essence ne sort de quasiment aucun dépôt, le kérosène n'en sort pas davantage : les aéroports parisiens ne sont donc pas approvisionnés.