Peugeot, une famille et des voitures

Saga

Peugeot, une famille et des voitures

Publié le :

Mercredi 19 Novembre 2014 - 14:49

Mise à jour :

Jeudi 20 Novembre 2014 - 07:13
La marque au lion est l’une des entreprises automobiles les plus anciennes de France. A travers son histoire, riche de plus de deux siècles d’innovations, Peugeot a su s’imposer comme une référence du patrimoine industriel français.
©DR
PARTAGER :

Maxime Macé

-A +A

Si Peugeot est connue dans le monde entier comme un fabricant d’automobiles, il n’en fut pas toujours ainsi. Fondée en 1743 par Jean-Pierre Peugeot, l’entreprise éponyme produit à ses débuts de la teinture vestimentaire et possède plusieurs moulins à huile et à céréales dans la région du Doubs, riche en cours d’eau.

La société entre dans l’ère industrielle au début du XIXe siècle sous l’impulsion des deux fils aînés de Jean-Pierre Peugeot, Jean-Pierre II et Jean-Frédéric. A cette époque, Napoléon Ier prépare la campagne de Russie et a besoin de vêtir les soldats de la Grande Armée. Les meuniers deviennent donc transformateurs de cotons.

Un profond changement s’opère en 1810 lorsque les deux frères décident de transformer l’activité meunière en fonderie d’acier. En 1824, quelque 100 à 150 kilos d'acier sont transformés chaque jour par 70 ouvriers. Peugeot se diversifie: scies, ressorts, moulins à café, buscs de corset sont exportés jusqu'en Turquie.

En 1851, après la révolution de 1848 qui provoqua une grave crise économique, la firme dirigée par les fils de Jean-Pierre II, Jules et Emile, devient les "Établissements Peugeot Frères" et élargit ses fabrications. Celles-ci comprennent des montures d'acier pour les crinolines, accessoires de mode lancés par l'impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III.

Les affaires sont prospères sous le Second Empire et au début de la IIIe République. L’entreprise se lance en 1882 dans la production de bicyclettes, avec la création du premier Grand bi (bicyclette à grande roue avant et petite roue arrière).

La révolution automobile

Visionnaire, le fils d’Emile Peugeot, Armand, décide de fabriquer des automobiles en 1889 alors que cette industrie n’en est qu’à ses balbutiements. Le premier modèle, la Peugeot-Serpollet, est un  étrange tricycle à vapeur qui doit son nom à Léon Serpollet, ingénieur spécialisé dans les moteurs à vapeur, qui participa à sa conception.

Cependant, très rapidement, Armand Peugeot se rend compte que le moteur à pétrole permet de construire des automobiles plus fiables et bien plus légères. La Type-2, première voiture Peugeot quadricycle, sort en 1890 et dispose d’un moteur Daimler, construit par l’ingénieur français Émile Constant Levassor.

Le modèle Type-36, sorti en 1901, se distingue des modèles précédents assemblés sur la base de fiacres motorisés. Il se dote de deux innovations majeures: un capot moteur (à l'avant) et un volant à la place du guidon. En 1900, la France est le premier marché automobile mondial avec 4.800 véhicules produits (contre 4.000 aux Etats-Unis).

Malgré le succès des automobiles, Eugène Peugeot, le  cousin d’Armand qui dirige l’entreprise avec lui, ne croit pas au développement de cette industrie. Dès 1896, c’est la rupture entre les deux hommes. Eugène garde la fabrication d’outils et de bicyclettes au sein de l’entreprise "Les fils de Peugeot frères", et Armand va se consacrer entièrement à la production automobile en fondant la "Société Anonyme des Automobiles Peugeot".

L’usine principale de cette dernière est installée à Audincourt dans le Doubs. Sortie en 1905, la Peugeot Type-69 est le premier succès commercial du groupe, elle se vendra à plus de 400 exemplaires, un record pour l’époque.

L’année 1910 voit le rapprochement et la fusion des deux entreprises Peugeot sous le nom "Société Anonyme des Automobiles et Cycles Peugeot". L’usine de Sochaux est construite en 1912 et deviendra le plus grand centre industriel de France.

La montée en puissance

En 1913, Peugeot construit la moitié des automobiles françaises. Comme la France est alors le premier producteur automobile au monde, Peugeot est donc le premier constructeur mondial. Le plus rapide aussi: la même année, le célèbre pilote Jules Goux remporte le Grand Prix d'Indianapolis, puis bat le record du monde de vitesse à 187km/h au volant de sa Peugeot-L76.

Lors de la Première guerre mondiale, l’entreprise Peugeot va participer à l’effort de guerre en produisant des camions, des moteurs d’avions, des automitrailleuses et même des obus et des bombes.

L’entre-deux-guerres est marqué par l’arrivée de Citroën sur le marché de la construction automobile (Renault existe depuis 1899) et la crise économique de 1929, deux facteurs qui vont quelque peu malmener Peugeot mais le succès de la fameuse Peugeot-201, qui inaugure la numérotation des modèles Peugeot à trois chiffres et zéro central, va permettre à l’entreprise de rester à flots. Il s’agit du premier modèle de voiture avec deux roues avant indépendantes.

C’est également à cette période que le président de l’époque, Jean-Pierre III Peugeot, va associer son entreprise au club de football de la ville de Sochaux pour créer le FC Sochaux-Montbéliard, devenant ainsi un pionnier dans le sponsoring sportif.

Pendant la Seconde guerre mondiale, l’entreprise est forcée de collaborer avec l’occupant allemand pour éviter que les usines et les ouvriers ne soient transférés en Allemagne. Pour autant, des ouvriers aux dirigeants, les employés de la firme vont tout faire pour ralentir les cadences de production et saboter le matériel militaire produit pour le compte des nazis. Des actions qui vont sauver les usines d’un bombardement massif de la part des Alliés.

L’euphorie des 30 Glorieuses

Si le lion est l’emblème de l’entreprise Peugeot depuis 1848, ce n’est qu’en 1948 qu’il va adopter sa posture debout, correspondant alors aux armoiries de la Franche-Comté, berceau de l’entreprise.

Durant la seconde moitié du XXe siècle, l’entreprise va  enchaîner la production de modèles qui sont restés dans les mémoires. De la mythique 403 (première voiture française de série) à la berline de luxe 504 en passant par la très compacte 205. En 1966, suite au décès de Jean-Pierre III Peugeot, François Gautier est nommé PDG par la famille: c’est le premier dirigeant de l’entreprise à ne pas être un Peugeot. 

Fin 1974, la marque prend une participation dans Citroën puis en prend le contrôle en avril 1976 à la place de Michelin. Alors, Peugeot SA et Citroën SA fusionnent pour former le groupe PSA Peugeot-Citroën.

Aujourd’hui, l’entreprise Peugeot est présente partout dans le monde et dispose de 17 usines à l’étranger et vend ses modèles sur les cinq continents. Pourtant, la société n’a pas oublié son ancrage national avec six usines en France, dont la plus importante se trouve toujours à Sochaux. Si la famille Peugeot n’est plus actionnaire majoritaire de PSA depuis février 2014 avec l’entrée dans le capital de l’entreprise de l’Etat français et de la société chinoise Donfeng Motor, ses membres occupent toujours des postes importants dans l’entreprise.

 

Présentation de la 404 au personnel de Peugeot en 1960.

Commentaires

-