Taxis: vingt interpellations, une délégation reçue à Matignon

Tension

Taxis: vingt interpellations, une délégation reçue à Matignon

Publié le :

Mardi 26 Janvier 2016 - 11:50

Mise à jour :

Mardi 26 Janvier 2016 - 11:56
A l'appel de deux intersyndicales, les taxis sont dans la rue ce mardi. Une mobilisation qui a donné lieu à des incidents et des interpellations, tandis que l'entourage de Manuel Valls a annoncé qu'une délégation de représentants de la profession doit être reçue à Matignon en milieu de journée.
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Un blessé et vingt interpellations: les manifestations de quelque 1.500 chauffeurs de taxis protestant contre la concurrence des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) ont donné lieu ce mardi 26 matin à des incidents, et bloqué la circulation en plusieurs points d'Ile-de-France.

Des représentants des chauffeurs seront reçus à 12h15 par Manuel Valls à Matignon, a annoncé à l'AFP l'entourage du Premier ministre. Une "délégation représentant les différentes organisations professionnelles de taxis" sera reçue par le Premier ministre, son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies et la secrétaire d'Etat chargée notamment de l'Artisanat Martine Pinville, a indiqué Matignon, confirmant des déclarations de syndicalistes.

Selon la préfecture de police, 1.500 taxis ont été comptabilisés sur différents sites de protestation, notamment à Orly où quelques dizaines de manifestants ont organisé un filtrage sur l'A106 en installant des plots sur la chaussée, ne laissant passer que les taxis en grève, dans une ambiance surchauffée. Peu après 7h, une navette a forcé le passage et percuté un manifestant qui a été blessé à la jambe, a constaté une journaliste de l'AFP. Les autres manifestants ont frappé aux vitres du minibus et ont forcé ses passagers à en descendre.

Le conducteur de la navette a été interpellé, et est entendu dans les locaux de l'hôtel de police à Orly, a indiqué une source aéroportuaire. Pris à parti, ce dernier dit avoir accéléré sous l'effet de la panique. La victime, elle, souffre d'une "blessure au tibia péroné" et a été prise en charge par les secours, selon la même source. Au total, vingt personnes ont été interpellées notamment pour "violences volontaires, port d'arme et incendie volontaire", selon une source policière: 19 à Paris, en plus du conducteur de la navette.

La Porte Maillot était envahie par plus de 400 taxis qui protestaient dans un concert de klaxons et de slogans: des chauffeurs ont incendié des pneus sur la chaussée, avant de recevoir des gaz lacrymogènes tirés par les forces de l'ordre. Les manifestants ont bloqué par intermittences le périphérique en descendant sur les deux voies, jusqu'à l'intervention des CRS pour rétablir la circulation.

Vers 10h, un convoi de plusieurs dizaines de taxis a quitté Orly, en direction du ministère de l'Economie à Bercy, autre site de manifestation, pendant qu'une partie des manifestants restait rassemblée dans le calme au niveau des arrivées du terminal ouest. Par ailleurs, 300 taxis ont quitté l'aéroport de Roissy pour mettre en place une opération escargot sur l'A1, en direction de Paris.

"Aujourd'hui c'est notre survie qui est en jeu, on en a marre des réunions, de négocier", a déclaré Ibrahima Sylla, le porte-parole de l'association Taxis de France, depuis la Porte Maillot. Certains chauffeurs brandissaient des pancartes "Macron, démission", en référence au ministre de l'Economie. Le gouvernement n'a "rien à faire d'autre que de s'attaquer aux taxis parisiens. Ils veulent notre mort", a déclaré à l'AFP Samira, qui exerce depuis 25 ans comme taxi dans la capitale. "On n'en peut plus", a-t-elle ajouté, appelant M. Macron à "réglementer les VTC".

A Bercy, quelque 140 taxis se sont rassemblés dès 8h en face du ministère de l'Économie, dans une ambiance assez calme. "Terrorisme économique", "Macron-Uber complices", "Loi non appliquée", pouvait-on lire sur plusieurs pancartes. Parmi les manifestants, une cinquantaine de taxis marseillais, mais aussi des véhicules venus de Bordeaux et même un de Genève.

En province, à Toulouse, Marseille, Aix-en-Provence et Lille, le mouvement entraînait des perturbations, notamment autour des aéroports et des gares SNCF.

Les chauffeurs de taxi étaient appelés à manifester par deux intersyndicales contre les "dérives" du secteur des VTC et notamment contre la compagnie américaine Uber. Un précédent mouvement, en juin, avait été émaillé de violences.

 

"Ils veulent notre mort", dit une taxi exerçant depuis 25 ans à propos du gouvernement.

Commentaires

-