Train ou avion, il ne faudra plus choisir

Train ou avion, il ne faudra plus choisir

Publié le 02/06/2020 à 09:21 - Mise à jour à 15:20
© Gabriel BOUYS / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Pour effectuer un voyage entre Paris et Nantes, Bordeaux ou Lyon, vous n’aurez peut-être plus le choix entre le train et l’avion dès l’année prochaine. Cela dit, vous pourrez toujours opter pour une ligne Blablabus ou Flixbus, pour peu que vous ayez le temps. 
 
Car c’est bien le maître des horloges qui semble guider Bercy et Air France-KLM pour justifier une diminution de l’offre de la compagnie aérienne nationale sur les vols intérieurs. Benjamin Smith, le directeur général d’Air France-KLM, l’a expliqué lors de l’assemblée générale de la compagnie, la semaine dernière : 
 
« La capacité va être réduite de 40 % d’ici à 2021, avec la fermeture de destinations lorsqu’il y a une alternative ferroviaire à moins de 2h30 et lorsque ce service n’alimente pas le hub de Roissy-Charles-de-Gaulle »
 
Le PDG justifie aussi cette décision par les « objectifs environnementaux fixés par le gouvernement français ». La réduction de 50 % des émissions de CO² sur les vols d’ici 2024 est en effet l’une des conditions de l’aide de 7 milliards d’euros (3 milliards de prêts directs et 4 milliards de prêts garantis) octroyée par l’État. 
 
Pas suffisant pour les ONG
 
Sur le plan environnemental, les ONG estiment que cela ne sera pas suffisant. Selon le réseau Action Climat, la mesure permettra, au maximum, de réduire de 6,6 % les émissions de CO² du secteur aérien. Pour le think thank The Shift Project, il faut aller beaucoup plus loin, avec une suppression des lignes là où l’alternative ferroviaire propose des trajets allant jusqu’à 4h30, soit, par exemple, Paris-Marseille ou Paris-Toulouse. 
 
Une autre question se pose, celle de l’éventuelle reprise des lignes abandonnées par Air France par d’autres compagnies, au premier rang desquelles sa propre filiale, Transavia. Et ce même si le secrétaire d’État aux transports Jean-Baptiste Djebbari a affirmé qu’il existe « des moyens très simples pour ne pas redistribuer les créneaux à d’autres compagnies ». 

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Air France annonce une réduction de 40% de son offre sur les vols domestiques

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-