Un TGV Paris-La Rochelle percute de plein fouet un bloc de béton

Aucun blessé

Un TGV Paris-La Rochelle percute de plein fouet un bloc de béton

Publié le :

Lundi 17 Juillet 2017 - 07:17

Mise à jour :

Lundi 17 Juillet 2017 - 07:18
Aux alentours de 22h, dimanche soir, un TGV qui assurait la liaison entre Paris et La Rochelle a percuté de plein fouet un bloc de béton à hauteur de Surgères (Charente-Maritime). Aucun blessé n'est à déplorer parmi les 173 passagers.
© PATRICK HERTZOG / AFP/Archives

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
-A +A

Plus de peur que de mal. Aux alentours de 22h, dimanche 16 au soir, un TGV qui assurait la liaison entre Paris et La Rochelle a percuté de plein fouet un bloc de béton à hauteur de Surgères (Charente-Maritime). Fort heureusement, et malgré la vitesse à laquelle roulait le train (entre 150 et 200 km/h), aucun blessé n'est à déplorer parmi les 173 passagers. En revanche, même s'il n'a pas déraillé, le train aurait subi d'importants dégâts.

D'après les premiers éléments divulgués, il s'agirait vraisemblablement d'un "acte de malveillance", a déclaré la SNCF au site France Info. Selon la compagnie ferroviaire, qui a décidé de porter plainte, le bloc de béton aurait ainsi été placé intentionnellement sur la voie. Alors, afin d'éclaircir les zones d'ombre de cette affaire, une enquête a été ouverte et confiée aux gendarmes de Surgères.

Immobilisé à une vingtaine de kilomètres de La Rochelle, le TGV est resté à l'arrêt pendant environ une heure et demie. Et finalement, il a pu finir son trajet à petite vitesse. En parallèle, un autre TGV, qui circulait en sens inverse, a lui aussi marqué un arrêt afin de procéder à des vérifications sur les voies. Il a pu reprendre sa route vers 22h50.

Pour rappel, une histoire similaire avait eu lieu en octobre 2016. Un train reliant Granville (Manche) à Paris avait là aussi percuté un bloc de béton déposé sur la voie, à hauteur de Nonancourt (Eure), sans faire de blessé. Une fois de plus, la compagnie ferroviaire avait évoqué un acte de malveillance. 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
Le train roulait entre 150 et 200 km/h lorsqu'il a percuté le bloc de béton.

Commentaires

-