Déconfinement : une reprise délicate dans les transports en commun

Déconfinement : une reprise délicate dans les transports en commun

Publié le 11/05/2020 à 10:19 - Mise à jour à 10:53
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Aux premières heures du déconfinement, les images d’une ligne 13 du métro bondée, où la distanciation sociale s’est révélée impossible à respecter, ont eu de quoi inquiéter. 
 
Mais cet afflux constaté aux alentours de 6h30 avait une raison précise : 40 minutes de retard en raison d’un incident d’exploitation suite à des infiltrations d’eau. 
Les usagers, eux, ne pouvaient pas se permettre d’arriver en retard à leur travail, ce qui explique la foule dans les rames de la ligne la plus fréquentée d’Ile-de-France. Sur cette ligne 13,  85 % de l’offre est assurée selon la RATP – contre 75 % pour les autres lignes. 
Peu avant 9 heures, une vidéo en direct, diffusée par Hors Zone Presse sur Twitter, montrait une situation beaucoup plus calme, avec une rame presque vide. 
 
Difficile distanciation
 
Cet incident démontre quoi qu’il en soit combien la distanciation sociale risque d’être difficile à respecter dans les transports en commun. Des témoignages faisaient d’ailleurs état d’une forte affluence autour de 6 heures dans d’autres points clés du réseau francilien, par exemple à la station de Châtelet-les-Halles et dans les rames du RER B. 
 
En ce premier jour de déconfinement, la bonne nouvelle est venue du port du masque, consigne respectée à 95 % selon le secrétaire d’État chargé des transports Jean-Baptiste Djebbari. Pour les 5 % d’usagers restants, des masques étaient distribués par les Pompiers de Paris et des bénévoles de la Sécurité civile. 
 
Rappelons que le port du masque est désormais obligatoire dans les transports en commun, sous peine d’une amende de 135€. 
 
Calme plat sur la route
 
La pluie ne favorisant pas la circulation en vélo et la peur d’une contamination dans les transports publics pouvaient laisser craindre un fort recours à la voiture individuelle. La maire de Paris Anne Hidalgo avait même déjà évoqué la possibilité d’une circulation alternée en cas de trafic surchargé. 
 
Il n’en a rien été ce lundi matin. Sytadin, qui surveille le trafic en temps réel, signalait 35 km de bouchons cumulés en Ile-de-France à 8 heures. En temps ordinaire, le réseau routier francilien cumule entre 300 et 325 km à ce moment de la journée. 

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Le port du masque, bien respecté dans les transports en commun

Fil d'actualités Société