Des TER bientôt italiens et allemands?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Des TER bientôt italiens et allemands?

Publié le 27/02/2020 à 10:01
©Flickr Creative Commons
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
La loi impose aux Régions, gestionnaires de leur réseau de Trains express régionaux, une mise en concurrence pour tout nouveau contrat signé à partir de 2023. Trois des treize régions françaises ont pris les devants et Provence Alpes Côte d’Azur fait figure de pionnière. Il ne restera plus aux usagers qu' à ne pas monter dans le mauvais train au risque de le payer au prix fort en cas d'erreur.
 
La région PACA a pour ainsi dire sauté sur l’occasion d’une ouverture possible à la concurrence depuis décembre. Elle a lancé des appels d’offres pour la ligne interurbaine Marseille-Toulon-Nice, ainsi que pour les lignes «Azur», qui circulent autour de Nice et représentent 23 %, tout de même, de l’offre régionale. Les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 31 mars, pour des débuts d’exploitation en 2024 et 2025. 
 
 
Concurrence profitable?
 
Renaud Muselier, le président LR de la Région, n’en doute pas un instant: «Cette concurrence sera profitable à tous: aux usagers qui bénéficieront d’un service de meilleure qualité et à la Région qui pourra exiger une facture détaillée et une baisse des coûts». D’autres voix estiment en revanche que que cette ritournelle de l’ouverture à la concurrence ne garantit en rien une baisse des prix des billets. Juste un casse tête de plus dans le choix des abonnements à telle ou telle compagnie, pour des raisons purement idéologiques. 
 
Les opérateurs sur les rangs
 
Les Azuréens pourraient donc bientôt voyager dans des trains italiens, allemands, ou autre, et ils ne sont pas les seuls. Mettant de facto fin au monopole de la SNCF, des appels d’offres sont également lancés dans les Hauts-de-France et le Grand Est. Les Pays de la Loire et la Bretagne devraient suivre. 
 
Différents opérateurs devraient se mettre sur les rangs, dont la SNCF bien sûr, mais aussi, côté européens, les Allemands Transdev et Arriva ainsi que la compagnie publique italienne Trenitalia. 
 
La RATP sur les rangs
 
Mais une autre entreprise est bien décidée à jouer sa carte. Elle est française et il s’agit de la RATP, elle-même menacée par l’ouverture à la concurrence. Déjà positionné sur les appels d’offres de PACA, le gestionnaire du réseau des transports en commun franciliens s’associe à Getlink, ex-Eurotunnel, pour se mettre sur les rangs dans les deux autres régions.
 
 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les TER français soumis à la concurrence

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-