Résultats Présidentielle 2012

» S'identifier
Vendredi 22 août, 09:52
Accueil > Sport > Football > Euro 2012 : Le boycott de l'Ukraine en questions

Euro 2012 : Le boycott de l'Ukraine en questions

Euro de football 2012


A cinq semaines du début de l'Euro 2012 (8 juin - 1er juillet), de nombreux pays menacent de boycotter l'Ukraine pour protester contre les conditions de détention de l'opposante, Ioulia Timochenko en grève de la faim depuis douze jours.

Par solidarité avec l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, victimes de mauvais traitements en prison, photos à l'appui, de nombreux pays menancent de boycotter l'Euro 2012
Par solidarité avec l'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, victimes de mauvais traitements en prison, photos à l'appui, de nombreux pays menancent de boycotter l'Euro 2012 AFP/UKRAYINSKA PRAVDA

Pourquoi l'Ukraine est-elle menacée de boycott ?

Octobre 2011. Incarcérée depuis deux mois, Ioulia Timochenko, 51 ans, est condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir. Ancienne égérie de la révolution orange de 2004, l'ancien Premier Ministre devenue opposante au président Viktor Ianoukovitch, est actuellement au centre d'un combat politique dont l'Ukraine pourrait sortir affaiblie. Le 20 avril dernier, elle a débuté une grève de la faim pour protester contre ses conditions d'incarcération : Timochenko accuse le personnel de la prison de mauvais traitement. Des photos montrant des hématomes sur les bras et le ventre de l'opposante qui souffre par ailleurs de la colonne vertébrale, ont été publiées la semaine passée en Ukraine. Commissaire européenne chargée de la justice et des droits fondamentaux, Viviane Reding a fait savoir, à la suite de la publication de ces clichés, qu'elle déclinait l'invitation de l'UEFA à la cérémonie d'ouverture de l'Euro 2012 co-organisé par l'Ukraine et la Pologne (8 juin-1er juillet). « On ne peut pas fermer les yeux sur les droits de l'hommes même à l'occasion d'une grande fête sportive », s'est insurgée Viviane Reding. Même les Etats-Unis, par la voix de leur chef de la diplomatie, Hillary Clinton, ont apporté leur soutien à l'ex-Premier Ministre. « Les photos de Mme Timochenko (…) soulèvent des questions sur les conditions de sa détention. Nous pressons les autorités ukrainiennes de s'assurer que Mme Timochenko reçoive une assistance médicale immédiate dans un centre adapté et demandons que l'ambassadeur américain puisse la rencontre », a exigé l'ancienne première dame américaine dans un communiqué.

Qui menace de boycotter l'Euro ?

Plusieurs pays ont déjà fait savoir qu'ils allaient boycotter l'Euro 2012 par « solidarité » avec Ioulia Timochenko. Mercredi, l'Autriche, par l'intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier, Michael Spindelegger, a annoncé qu' « aucun membre du gouvernement ne se rendra à ces matches, en signe de solidarité ». Le ministre autrichien des sports, Nobert Darabos, a assuré qu'il ne fera pas le déplacement à l'occasion de la rencontre de préparation pour l'Euro qui opposera l'Autriche à l'Ukraine, le premier juin à Innsbruck. L'Autriche a été imitée par la Belgique dont le ministre des affaires étrangère, Didier Reynders, s'est dit « gravement préoccupé par l'évolution du cas de Mme Ioulia Timochenko ». Il a décidé de s'associer « à de nombreux collègues européens et ne participera d'aucune manière au Championnat d'Europe de football en Ukraine ».


Du côté de l'Union Européenne, José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne a aussi annoncé via sa porte-parole, Pia Ahrenkilde, qu'il n'avait « aucune intention de se rendre en Ukraine ou de participer à des évènements en Ukraine ». La porte-parole a précisé que la Commission avait « de très grandes inquiétudes au sujet de ce qui se passe actuellement en Ukraine ».
Comble du comble : Ioulia Timochenko est incarcérée à Kharkiv, l'une des villes hôtes de l'Euro 2012. Plusieurs matches du groupe B composé de l'Allemagne, du Danemark, des Pays-Bas et du Portugal s'y tiendront à partir du 9 juin. En Allemagne, justement, les mauvaises conditions d'incarcérations de Ioulia Timochenko suscitent aussi de nombreuses réactions. La chancelière allemande, Angela Merkel affirme qu'elle ne décidera qu'au dernier moment de se rendre en Ukraine pour assister aux rencontres de la Nationalmannschaft. « Je décide toujours à court terme de telles choses », s'est justifiée la chancelière, ce jeudi, dans le quotidien régional Kölner Stadt Anzeiger. Même Uli Hoeness, le président du Bayern Munich a demandé à Michel Platini - qui avait tancé l'Ukraine quant à l'explosion des prix durant la compétition le mois dernier - d'« exprimer clairement son opinion dans les instances appropriées ».

Quelles conséquences pour l'Ukraine ? 

L'UEFA a d'ores et déjà fait savoir qu'il était hors de question de retirer la compétition à l'Ukraine qui se dit prête pour le tournoi continental malgré tous ces remous.  « L'Euro 2012 doit se tenir en Ukraine et en Pologne. Point. Ou point d'exclamation si vous voulez ! », s'est agacé, de son côté, Volodymyr Litvine, le président du parlement ukrainien. Kiev a aussi mis en garde l'Allemagne contre « un boycott politique » de la compétition continental qu'elle considère digne « de la guerre froide ». « Nous ne voudrions pas penser que les dirigeants politiques allemands sont capables de ranimer les méthodes de la "guerre froide" et qu'ils vont tenter de faire du sport l'otage de la politique », a déclaré Oleg Volochine, le ministre ukrainien des Affaires étrangères.
Le principal soutien de l'Ukraine se trouve du côté de la Pologne, qui est, accessoirement, le co-organisateur de la compétition : « Nous considérons que tous les appels au boycottage de l'Euro-2012 sont totalement injustifiés, a pour sa part affirmé le porte-parole du ministre polonais des Affaires étrangères qui estime qu'il ne faut pas « lier les deux questions ».  Il a tenu à rappeler que Ioulia Timochenko avait « elle-même déclaré que sa situation personnelles ne devait pas nuire aux intérêts de l'Ukraine. Boycotter des matches en Pologne à cause de la situation en Ukraine relève du malentendu absolu », a conclu le porte-parole.
L'inquiétude que suscite la situation de Ioulia Timochenko n'aura pas uniquement des répercussions sur l'Euro 2012 puisque six pays (République tchèque, Allemagne, Autriche, Slovénie, l'Italie et l'Estonie, NDLR) ont déjà annoncé qu'ils ne participeraient pas à la réunion entre présidents de pays de l'Europe centre qui doit se tenir à Yalta les 11 et 12 mai en signe de soutien à l'opposante.

Par Syanie Dalmat

FranceSoir l'e-mag en PDF
FranceSoir l’e-mag a 1 an
N° anniversaire gratuit à découvrir en PDF
Télécharger

France-Soir sur Facebook

Plus d’articles


Dernières vidéos

Audiences TV : Taxi est loin devant

» Voir toutes les vidéos

Les derniers commentaires

    Les membres les plus actifs

    • nellyolson nellyolson, le 21 sep à 19:55

      403560 points
      3716 commentaires

      En savoir plus sur nellyolson


    • HeyBaal HeyBaal, le 26 jui à 17:29

      391630 points
      5570 commentaires

      En savoir plus sur HeyBaal


    • pasloi pasloi, le 3 mai à 21:48

      254340 points
      2433 commentaires

      En savoir plus sur pasloi


    • Bluesun Bluesun, le 26 jui à 17:21

      238620 points
      2987 commentaires

      En savoir plus sur Bluesun


    • rafale rafale, le 25 jui à 23:39

      186340 points
      1063 commentaires

      En savoir plus sur rafale


    Quiz

    Testez vos connaissances

    Quiz Info : Insolites, Retraite, Football et Hollande


    Tour de France 2011

    Programmes TV du jour