Hyôgo

Mardi, Décembre 12, 2017 - 07:56
Si le Japon se fait petit à petit dépasser sur le secteur des accélérateurs de particules, il continue d'offrir des infrastructures permettant une gamme d'expérimentation complète. Le site du SPring-8, non loin de Kobe (sud du pays) joue d'ailleurs la carte des prix cassés pour attirer, et offrir un soutien indirect de l'Etat, aux industries nationales.
Mercredi, Novembre 22, 2017 - 16:42
Sur la grande île d'Awaji, dans la mer intérieure du Japon, les passionnés de "jôruri", ces pièces de théâtre interprétées par de lourdes marionnettes manipulés par plusieurs personnes, luttent pour faire survivre ce patrimoine. Alors qu'il intéresse de plus en plus à l'étranger, cet art peine à se maintenir sur le sol japonais malgré les efforts pour assurer la relève.
Mercredi, Novembre 22, 2017 - 15:22
La ville de Kobe, dans la préfecture de Hyôgo (sud du Japon), a été ravagée en 1995 par un tremblement de terre meurtrier, éclipsé depuis par le drame de Fukushima en 2011. Le grand port japonais se prépare maintenant à la prochaine secousse dont la probabilité est élevée. Et oscille entre certitude d'être mieux préparée, et fatalisme face à des ravages -et des morts- inévitables.
Jeudi, Novembre 9, 2017 - 18:28
Le déclin démographique au Japon semble inexorable. Pire, il ne touche pas que les villes dans les zones peu attractives. A Toyooka, non loin de Kobe, le tourisme est en plein développement, les opportunités d'emplois sont nombreuses, le tout dans une nature relativement préservée. Mais rien n'y fait: de nombreux jeunes qui partent faire leurs études ne reviennent jamais.
Jeudi, Octobre 26, 2017 - 18:11
Le Japon compte un peu plus de 3.000 sources thermales, principalement visitées par une clientèle japonaise. Dans ces eaux aux propriétés réelles ou présumées sur la santé, l'usage est de se baigner entièrement nu (et déjà lavé) ce qui éloigne de fait de nombreux touristes étrangers. Face à la tentation de faire évoluer les usages pour capter la manne touristique à venir avec les JO de 2020, les exploitants veulent rester fermes.