ni-ni

Jeudi, Avril 12, 2018 - 16:40

Emmanuel Macron a annoncé, ce jeudi sur TF1, une incitation de taille pour les employeurs. Le chef de l'Etat a annoncé la supression du forfait social sur l'intéressement pour les entreprises de moins de 250 salariés.

Jeudi, Janvier 11, 2018 - 16:55

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a révélé mercredi, dans la revue politique "Charles", ne pas être "extrêmement heureux" au sein du gouvernement. Son rêve à lui, c'est apparemment d'ouvrir un bar à vin.

Lundi, Octobre 16, 2017 - 11:52

Lors de son interview dimanche soir sur TF1, Emmanuel Macron a fait part de sa volonté d'ouvrir un "vrai débat" sur l'intéressement et la participation. Ces deux dispositifs d'épargne salarial mis en place en 1967 consistent à verser au salarié, directement ou sur un plan d'épargne salariale, une prime liée à la performance et aux bénéfices de l'entreprise.

Lundi, Octobre 16, 2017 - 08:53

Pendant plus d'une heure, dimanche soir sur TF1, Emmanuel Macron a fait la pédagogie de son action. Se défendant d'être le "président des riches", le chef de l'Etat a poussé des mesures de gauche, notamment sur l'éducation, mais confirmé celles de droite, sur l'ISF par exemple.

Mardi, Mai 30, 2017 - 13:02

Du passé, François Baroin veut faire table rase. Le sénateur-maire, patron de LR pour la campagne des législatives, vient d'annoncer la fin du "ni-ni", cette doctrine de Nicolas Sarkozy consistant à refuser de faire un choix entre le FN et le PS dans le cas où l'extrême droite pourrait l'emporter. Un cadeau à l'aile gauche de son parti, mais pas seulement.

Vendredi, Mai 5, 2017 - 12:38

Un concert gratuit contre le Front national notamment organisé par SOS Racisme a eu lieu jeudi soir, sur la place de la République à Paris. Au moins 2.000 personnes se sont retrouvées pour "dire NON" au parti de Marine Le Pen. Une "réussite" pour certains alors qu'en 2002, entre 400.000 et 500.000 parisiens s'étaient regroupés.

Vendredi, Mai 5, 2017 - 11:48

Les derniers sondages avant le second tour soulignent un effet sensible du débat Macron-Le Pen a sur l'électorat, mais aussi un deuxième dimanche de vote qui pourrait être placé sous le signe d'une abstention massive.

Vendredi, Avril 28, 2017 - 13:02

Le "ni-ni" théorisé par Nicolas Sarkozy fait des émules parmi les électeurs de gauche, dont une partie se refuse à voter Macron, même face à Marine Le Pen, au second tour de la présidentielle le 7 mai prochain. En 2002 pourtant, une large majorité avait voté Chirac contre Le Pen père. Le sortant faisait déjà figure de repoussoir.