Pathogènes

Jeudi, Mars 9, 2017 - 14:53

L’homme de Néandertal, cousin disparu de l'Homo sapiens, se soignait déjà à l’aspirine il y a 48.000 ans, en mangeant des bourgeons de peuplier qui libèrent une substance aux propriétés anti-inflammatoires et antalgiques. Cette découverte a été réalisée grâce à l'analyse du tartre retrouvé sur des fossiles.