Agriculture: les revenus des producteurs en chute libre en 2016 après une année catastrophique

Agriculture: les revenus des producteurs en chute libre en 2016 après une année catastrophique

Publié le :

Mercredi 14 Décembre 2016 - 11:20

Mise à jour :

Mercredi 14 Décembre 2016 - 11:25
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les agriculteurs ont enchaîné les déconvenues en 2016. L'Insee vient de publier ses prévisions pour les revenus du secteur primaire: elles sont désastreuses.

Dans le secteur primaire, on hésitera pas à se remémorer 2016 comme étant une "annus horribilis". Climat exécrable, récolte gâchée, chute des cours… un enchaînement néfaste a durement touché les exploitants agricoles qui devraient voir, selon les calculs de l’Insee, leur revenu baisser de pratiquement 16% (15,9%) par rapport à l’année précédente.

En première ligne: les céréaliers. Les intempéries ont fait chuter la production française de 24%. Or, en principe, une baisse de la production génère une hausse des prix. Sauf que… la baisse de la production a surtout été française, car l’ensemble de la production de grains dans le monde a été élevée tirant les cours vers le bas. Les agriculteurs français se retrouvent donc avec une production faible, dévalorisée au niveau qualitatif, et qu’ils vendront à un prix bas.

Les vignerons, qui ont aussi été durement touché par les intempéries, devraient limiter la casse (-9%) grâce à une demande à l’export toujours forte. Les producteurs de viande et de lait, eux, encaissent la dégringolade des cours mondiaux du fait de la surproduction. Les seuls qui parviennent à tirer leur épingle du jeu cette année sont les producteurs de betteraves, et de certains fruits et légumes dont la production mondiale a plutôt régressé, provoquant une hausse des cours, notamment pour les abricots ou les cerises. Pas de quoi non plus, à l’échelle de la production agricole française totale, inverser la tendance.

Conséquence logique de cette sinistrose économique: l’emploi agricole recule encore, l’Insee évoquant une baisse de 0,8% en équivalent temps plein.

 

Les céréaliers sont la catégorie qui risque le plus de souffrir côté revenus.

Commentaires

-