Argent: pourquoi le livret A est toujours intéressant... même avec un taux aussi faible

Argent: pourquoi le livret A est toujours intéressant... même avec un taux aussi faible

Publié le 29/05/2017 à 14:48 - Mise à jour à 15:04
©Denis Charlet/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les intérêts générés sont faibles, il ne remplit pas toujours sa mission de financement du logement social et il est plafonné. La popularité du livret A ne faiblit pourtant pas, elle a même connu un rebond début 2017.

On le disait moribond, sans intérêt financier sérieux, et ne remplissant d'ailleurs même pas complètement son objectif collectif de financement du logement social. Et pourtant, non seulement le livret A se porte très bien mais en plus les épargnants semblent redécouvrir ses bienfaits.

Selon des données publiées pour la période janvier-avril par la Caisse des Dépôts, les 61 millions de livrets A ont généré une collecte cumulée de 7,28 milliards d'euros. A titre de comparaison, au même stade l'an dernier, le chiffre s'élevait à 750 millions d'euros… de décollecte.

Ces chiffres semblent tout à fait flatteurs pour un produit de placement dont le taux reste inchangé depuis août 2015 à 0,75%. Soit, si l'on retire l'inflation de 2016 (0,2%), un taux "réel" de 0,55%. Autrement dit, placer aujourd'hui 10.000 euros sur un livret A vous rapportera (en admettant que le taux ne baisse pas)… 55 euros.

Mais le livret A (et son "corollaire", le livret développement durable et solidaire-LDDS) présente deux qualités rarissimes dans le paysage de l'épargne français. Primo, il est totalement liquide, autrement dit l'argent placé et les intérêts générés sont immédiatement retirables. Secundo, il est défiscalisé (et net de cotisations sociales). De quoi relativiser le taux de 0,75% par rapport à d'autres produits présentant des rendements autour de 1%.

Quid de l'avenir avec un nouveau président et un nouveau gouvernement volontaristes sur la question de la réforme de l'épargne? Et bien le livret devrait rajouter une troisième corde à son arc: la stabilité. Si Emmanuel Macron ne fait pas mystère de sa volonté de revoir la fiscalité sur l'immobilier ou l'assurance-vie, il l'a assuré: aucun changement à prévoir pour le livret A. L'exonération fiscale sera maintenue. Idem pour les prélèvements sociaux

Dans un environnement financier et politique où la capacité de prévoir dans la durée l'évolution législative d'un produit de placement qui concerne autant d'épargnant, et où il serait tentant de puiser, le livret A reste donc une opportunité de diversification quasiment incontournable. Et tant pis pour son taux.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


La France compte 61 millions de livrets A.

Fil d'actualités Tendances éco