BlaBlaLines: le covoiturage courte-distance, lancé par BlaBlaCar, débarque en Ile-de-France

Pour les petits trajets

BlaBlaLines: le covoiturage courte-distance, lancé par BlaBlaCar, débarque en Ile-de-France

Publié le :

Jeudi 14 Septembre 2017 - 14:59

Mise à jour :

Jeudi 14 Septembre 2017 - 15:13
BlaBlaCar vient de lancer ce jeudi en Ile-de-France un service de covoiturage courte-distance baptisé "BlaBlaLines". Il cible les trajets du quotidien, de 10 à 50 kilomètres.
©Pouzet/Sipa

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
-A +A

Après BlaBlacar, c'est désormais au tour de BlaBlaLines de se faire connaître des Français. Initialement déployé en régions, ce service courte-distance, lancé par le spécialiste français du covoiturage, vient de débarquer ce jeudi 14 en Ile-de-France. L'occasion pour des milliers de personnes d'aborder les trajets quotidiens, de 10 à 50 kilomètres, avec plus de sérénité. 

"Lorsque vous prenez votre voiture pour aller travailler, généralement, c'est parce que la solution de transports en commun ne convient pas: trop longue, inexistante, pas assez fréquente... C'est à ce moment-là que la voiture devient l'outil privilégié pour faire les trajets. BlaBlaLines crée une autre forme de réseau qui est complémentaire des transports en commun", a expliqué le fondateur de l'entreprise, Frédéric Mazzella, dans l'émission L'Invité des Echos.

Le principe est simple: si l'utilisateur est conducteur, il doit simplement indiquer ses habitudes de déplacement. L'application se chargera ensuite de lui trouver des passagers sur son trajet, sans détour. Il n'aura plus qu'à accepter ou pas les demandes. En revanche, si l'utilisateur est passager, il devra seulement indiquer la destination. Après validation, lui et le conducteur seront tous les deux informés du lieu de rendez-vous. Au total, l'usager devra payer deux euros par trajet puis 10 centimes par kilomètre au-delà de 30 kilomètres. Une somme non négligeable qui permettra au conducteur de payer à moindre coût ses frais de transport.

Disponible uniquement en passant par l'application, le service a déjà séduit de nombreuses personnes et a même été approuvé par la mairie de Paris qui estime que cette pratique "permet de réduire la congestion et d’améliorer la mobilité des Parisiens et Franciliens au quotidien, tout en réduisant la pollution et ses effets". Espérons donc pour BlaBlaLines qu'il connaîtra le même succès que BlaBlaCar, lequel revendique 45 millions de membres dans 22 pays dont 12 millions en France.

Mais pour certains, ce service ne comporte pas que des avantages et risque de faire de l'ombre aux VTC. Interrogé par le Journal du Net, Frédéric Mazzella s'est toutefois montré clair: "Peu de gens prennent des VTC tous les jours pour aller travailler. Nous sommes sur des trajets domicile-travail, avec la tarification qui va avec. A 10 centimes le kilomètre, BlaBlaLines est plus de dix fois moins cher qu'un VTC, qui coûte entre un et trois euros par kilomètre. Nous faisons du partage de frais, le conducteur ne peut donc pas faire de bénéfices".

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
BlaBlaLines cible les trajets du quotidien.

Commentaires

-