"Branleur", "boulet", "feignasse": quand Leroy Merlin évalue ses intérimaires (vidéo)

Polémique

"Branleur", "boulet", "feignasse": quand Leroy Merlin évalue ses intérimaires (vidéo)

Publié le :

Dimanche 08 Octobre 2017 - 16:22

Mise à jour :

Dimanche 08 Octobre 2017 - 16:29
Un fichier, découvert dans l’intranet de l’enseigne Leroy Merlin à Valence (Drôme), a profondément choqué la CGT qui menace désormais de porter plainte. Dessus, se trouvent des commentaires désobligeants sur des intérimaires de l'enseigne.
©Capture d'écran YouTube

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
-A +A

C'est un fichier qui risque de beaucoup faire parler. Un document "sensible", qui recense  les intérimaires ayant travaillé à Leroy Merlin à Valence (Drôme), a été découvert. Et dessus, ces derniers sont qualifiés de "boulet, "feignasse", "branleur" ou encore "vicieux" par les responsables du magasin, des injures faites entre 2014 et 2016 qui ont profondément choqué la CGT. Selon les informations rapportées par France 3, ce document n'était probablement pas destiné à être accessible à tous les employés de l'entreprise. Seulement voilà: il se trouvait dans une partie non-verrouillée du réseau interne de l'enseigne. 

Suite à la découverte de ces annotations, le syndicat envisagerait donc de porter plainte. De son coté, la direction du groupe a qualifié  ces commentaires d'"innaceptables" assurant à la chaîne de télévision qu'une enquête avait été demandée pour tenter d'identifier le ou les auteurs. Sur Twitter également, l'entreprise a tenu à réagir expliquant qu'elle condamnait fermement les propos contenus dans ce fichier et que la situation était "prise très au sérieux".   

Cette histoire n'est pas sans rappeler celle qui avait eu lieu il y a quelques jours au sein de Radio France. Alors qu'un concours avait été organisé parmi les pigistes pour embaucher des nouvelles recrues en CDD, plusieurs responsables ont fait des commentaires désobligeants sur des candidats, des appréciations envoyées par erreur à l’ensemble des participants.

"Il s'écoute trop et raconte des conneries", "voici France Bleu Junior. C'est Tchoupi fait du journalisme", "Il faut peut-être se calmer sur les amphétamines" ou bien "Il serait pas mal en démonstrateur à Auchan ou DJ au Macumba", pouvait-on notamment lire. Rapidement, le Syndicat National des Journalistes (SNJ) avait dénoncé les méthodes employées par le jury de Radio France.

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
Le fichier était en libre accès.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-