Crise du beurre: allez-vous le payer plus cher dans vos rayons (si vous en trouvez)?

L'argent du beurre

Crise du beurre: allez-vous le payer plus cher dans vos rayons (si vous en trouvez)?

Publié le :

Lundi 30 Octobre 2017 - 15:50

Mise à jour :

Lundi 30 Octobre 2017 - 15:56
La crise du beurre continue et ne semble pas vouloir s'arrêter. Le taux de pénurie est maintenant de 30% et le prix du beurre, ou des produits en contenant, commence à décoller. La hausse devrait s’accélérer si aucune solution rapide n'est trouvée.
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s) : DD.

-A +A

Le schéma est connu, et sa conséquence devrait, si une porte de sortie n'est pas trouvée rapidement, entraîner une hausse des prix. La pénurie de beurre a en effet généré une hausse de la demande qui devrait peser sur le prix de vente… du moins pour les consommateurs qui en trouveront. Selon le cabinet Nielsen spécialisé dans l'étude des habitudes des consommateurs, les ventes de beurre ont grimpé de 37% sur la période du 16 au 22 octobre. Une pression à l'achat considérable pour un produit de plus en plus difficile à trouver dans certains rayons. Le taux moyen de rupture est en effet de 30% dans les rayons des supermarchés français (avec des écarts allant de 27% à 46% selon le cabinet), le segment du bio étant particulièrement touché.

Phénomène classique: plus le produit risque d'être difficile à trouver, plus les consommateurs achètent des montants plus importants que leurs besoins réels… alimentant de fait la pénurie. Le résultat, assure Nielsen, ne devrait pas tarder à se faire sentir: le beurre va voir sa courbe des prix grimper. Il a d'ailleurs déjà commencé: en octobre 2017, les "corps gras" sont les produits dont les prix ont le plus augmenté. Cette catégorie de produits regroupant le beurre, mais aussi la margarine, les graisses et la crème a grimpé de 5,4% par rapport à octobre 2016. Le mouvement n'est pas près de s'arrêter si la crise se poursuit. Sur les marchés mondiaux, la tonne de beurre peut se négocier jusqu'à 6.500 euros alors qu'elle était encore à 2.500 euros il y a quelques mois, ce qui laisse entendre que la "correction" dans les rayons pourrait être conséquente.

Pour rappel, cette "crise du beurre" est la conjonction de trois éléments. Primo, une baisse continue de la capacité de production française, le cheptel laitier français ayant baissé de 2% en un an. Secundo, une mauvaise récolte de fourrage pour l'hiver faisant baisser la capacité des vaches à produire du lait. Tertio, une forte hausse de la demande à l'échelle mondiale, et notamment en Asie, captant une partie de la production. Les producteurs critiquent le comportement de la grande distribution qu'ils accusent d'entretenir la pénurie en refusant de payer aux exploitants laitiers le "prix juste" (sous-entendu un prix plus élevé) pour accéder à la matière première, préférant ainsi laisser des rayons vides plutôt que de réduire ses marges

Auteur(s) : DD.

Le prix du beurre risque de décoller si la crise ne se résout pas rapidement.

Commentaires

-