Culture et patrimoine, priorités de la métropole niçoise

Les Matinales Eco Métropole Nice Côte d'Azur

Culture et patrimoine, priorités de la métropole niçoise

Publié le :

Mercredi 25 Mai 2016 - 15:17

Mise à jour :

Jeudi 26 Mai 2016 - 11:15
Nice et son agglomération s'engagent pour la diversité culturelle et la restauration du patrimoine. La ville est l'une des plus dynamiques de France dans le domaine, et se prépare encore à de nouveaux projets
©Damien Durand/FranceSoir
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En présence de Christian Estrosi, maire de Nice, président de la Métropole Nice Côte d’Azur et récemment élu président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la dernière "Matinale Eco" de l’agglomération azuréenne mettait la culture et le patrimoine à l’honneur, mercredi 25.

Christian Estrosi, qui a de plus quitté son poste à l’Assemblée nationale pour se concentrer sur ses mandats locaux, a ouvert l’événement d’un discours évoquant la contribution historique de la ville de Nice à la culture. Rappelant que Berlioz, Matisse ou Nietzsche ont vécu et largement été inspirés par la capitale azuréenne, l’édile s’est voulu le défenseur d’une culture libre: sa vision de son rôle dans la politique culturelle est celle d’un élu qui se doit de "ne pas se mêler de culture, mais soutenir, accompagner, sans effort de sélection". Se voulant un défenseur de "la diversité sous toutes ses formes" stimulant une "création permanente" Christian Estrosi a rappelé sans détour que "la culture est pus que jamais une exigence" et qu’il défenderait cette priorité, y compris face aux sceptiques de sa propre famille politique.

Et par culture, la municipalité et l’agglomération veulent aussi bien encourager les manifestations ouvertes au public, passées depuis 2008 de 400 à 1.200 par an, que le patrimoine architectural de "la première ville baroque de France". Rappelant que lorsqu’il est devenu maire de Nice, "le patrimoine était quasiment en ruines", Christian Estrosi s’est félicité du chemin parcouru, qui a mobilisé aussi bien un important "effort privé" que "plus de 80 millions d’euros de la collectivité".

Place ensuite aux projets. Les intervenants qui se sont succédés ont fait peser l’idée que la ville de Nice, jusque-là critiquée pour une prétendue inertie culturelle, n’a plus rien de la "belle endormie" injustement brocardée.

De l’écrivain Didier van Cauwelaert au réalisateur et producteur Steve Suissa, en passant par Jean-Luc Gagliolo, conseiller municipal délégué au Patrimoine, à la Lutte contre l'illettrisme, au théâtre, à la culture et à la langue niçoises, es intervenants ont dressé le portrait d’une ville inspirante, à la pointe sur les arts et l’expansion de la culture classique et contemporaine.

Moment fort de l’événement, Francis Huster est venu présenter son projet de troupe de théatre qu’il dirigera à Nice et qui sera composée de soixante néophytes qui seront formés et intégrés ensuite à des comédiens plus expérimentés pour se produire, avec bien sûr le soutien de la municipalité et de l’agglomération, dans toute la région PACA… voire au-delà! "Nous porterons les couleurs de Nice dans le monde entier. On réussira!" s’engage le comédien qui a régalé son auditoire d’anecdotes de son premier passage sur les planches à Nice, il y a quarante ans. "A Nice, il y a une liberté qu’on ne nous donne plus nulle part depuis trente ans" s’excame enthousiaste celui qui triomphe actuellement dans son adaptation de la pièce Amok de Stefan Zweig. Une œuvre qui sera d’ailleurs l‘une des premières que la future troupe de théâtre inscrira à son répertoire avec Le Cid de Corneille, La Mégère apprivoisée de Molière et un spectacle hommage aux studios romains de la Cinecitta.

Focus enfin a été fait, non seulement sur le patrimoine de Nice largement restauré par la municipalité, mais sur les outils de promotion innovants qui permettent aujourd’hui de le mettre en valeur. L’entreprise Monument Tracker, qui propose sur mobile des guides ludiques et intuitifs sur 70 villes, rappelle que Nice a été la première destination proposée en 2011, et l’une des plus complète aujourd’hui. Quant à la journaliste-écrivaine Corinne Paolini, elle est venue présenter son "livre numérique", un authentique "beau livre" détaillant les merveilles patrimoniales des 49 communes de l’agglomération. Une application mobile accompagnant l’ouvrage permet d’obtenir des contenus audio supplémentaires en scannant chaque page avec son téléphone. Un projet réellement innovant à l’image de Nice, qui a demandé à son auteure pas moins de 18 mois de travail d’investigation. Un chiffre qui résume à lui tout seul le potentiel de la région, mis en valeur par une poitique volontariste. Et l’ambition de Christian Estrosi et de son équipe pour développer l’offre culturelle de l’agglomération niçoise fourmille autant de projets que de réalisations.

 

Christian Estrosi et les principaux intervenants de cette Matinale Eco du 25 mai.

Commentaires

-