Emploi: les PME se plaignent du manque de candidats "adaptés"

Incompréhension

Emploi: les PME se plaignent du manque de candidats "adaptés"

Publié le :

Jeudi 17 Mai 2018 - 16:50

Mise à jour :

Jeudi 17 Mai 2018 - 16:59
Les petites et moyennes entreprises peinent à recruter des candidats selon une étude. Elles se plaignent notamment de profils peu adaptés à leurs besoins.
©Jaubert/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

C'est une étude menée conjointement par BpiFrance et l'Institut Coe-Rexecode publiée mardi qui relance le problème en apportant un chiffrage précis. Selon l'enquête 61% des petites et moyennes entreprises (PME) annoncent rencontrer des difficultés dans leurs projets de recrutement pour 2018.

La première cause évoquée par les dirigeants est largement majoritaire: dans 81% de cas évoqués par les employeurs, c'est l'absence de candidats "adaptés" au poste qui pose problème. Les dirigeants des TPE-PME estiment d'ailleurs que cette inadéquation repose largement sur épaules des candidats: 77% estiment que les candidats ne répondent pas aux attentes de l'entreprise, et seuls 27% estiment qu'une partie de la responsabilité puisse venir de l'entreprise et de son organisation.

Pourtant, la majorité des petites et moyennes entreprises ont décidé d'évoluer pour essayer de répondre au problème: 64% annoncent avoir changé leur organisation et 60% avoir modifié leur politique de recrutement. Mais seuls 18%, soit moins d'un sur cinq, a annoncé avoir décidé d'augmenter le salaire à l'embauche pour attirer de meilleurs candidats.

Voir aussi: Comme la croissance, l'emploi privé ralentit légèrement au premier trimestre 

Le problème est en tout cas loin d'être anecdotique et risque de largement déborder sur le seul aspect microéconomique de la vie des entreprises. En effet, 52% des entreprises interrogées qui témoignent de soucis de recrutement estiment que ce problème est le principal frein à leur croissance.

L'enquête a été réalisée entre le 10 et le 18 avril auprès de 320 entreprises de moins de 250 salariés et réalisant moins de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires,

Lundi 14, la Banque de France a annoncé que la croissance pour le deuxième trimestre 2018 serait de 0,3% soit un rythme de croisière qui rend très hypothétique les 2% de croissance espérée pour cette année de "reprise".

Les PME se plaignent de la difficulté à trouver des profils adéquats.

Commentaires

-