Fraude à la pollution au diesel: le Renault Captur et la Clio IV sont les principaux véhicules concernés

Fraude à la pollution au diesel: le Renault Captur et la Clio IV sont les principaux véhicules concernés

Publié le 15/03/2017 à 11:08 - Mise à jour à 11:34
©Bertrand Guay/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le constructeur automobile Renault est soupçonné d'avoir utilisé une méthode frauduleuse pour pouvoir commercialiser des moteurs diesel trop polluants. Principaux véhicules concernés, le Renault Captur (norme Euro 6) et la Clio IV (Euro 5).

Le constructeur automobile Renault était soupçonné d'avoir installé des moteurs diesel frauduleux visant à tromper le client sur le véritable niveau de pollution de ses véhicules. Un rapport de 39 pages rédigé en novembre 2016 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et repris par Libération accable un peu plus le constructeur. Deux modèles sont particulièrement concernés: le Renault Captur (norme Euro 6) et la Clio IV (Euro 5).  Après avoir mené l'enquête pendant plusieurs semaines, la DGCCRF dénonce une tricherie de la part de Renault en matière d'émission polluante: "Renault SAS a trompé les consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le contrôle réglementaire de l’homologation sur les émissions de polluants […]. La société a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution".

Les deux véhicules les plus concernés présentent des écarts importants d'émission de polluants entre les tests exécutés par l'entreprise Renault et les conditions réelles. Autrement dit, les moteurs ont été calibrés pour être autorisés à rouler, mais consomment plus que prévu lorsque la voiture est conduite par un client sur les routes. Une méthode connue et appelée le "préconditionnement". Le Renault Captur (norme Euro 6) dépasse le seuil réglementaire d’émission de dioxyde de carbone de 377 % et la Clio IV (Euro 5) de 305%. "Ces résultats permettent de soupçonner l’installation d’un dispositif frauduleux qui modifie spécifiquement le fonctionnement du moteur, pour en réduire les émissions de NOx (un gaz polluant composé d'azote et d'oxygène, NDLR) dans des conditions spécifiques du test d’homologation, afin que les émissions respectent les limites réglementaires", ont commenté les enquêteurs, qui pointent également du doigt les modèles Kadjar et Talisman.

Un calcul effectué par Bercy estime qu'environ 900.000 véhicules auraient pu être commercialisés grâce à ce système d'homologation frauduleux. Une commercialisation qui représenterait 16,8 milliards d'euros de chiffre d’affaires. Une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris le 12 janvier et confié à des juges d'instructions spécialisés dans les atteintes à la santé publique du tribunal de grande instance de Paris.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Les deux principaux véhicules concernés présentent des écarts importants d'émission de polluants entre les tests exécutés par l'entreprise Renault et les conditions réelles.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-