Free: trois patrons de centres d'appels "liquidés" après le passage d'Elise Lucet et de "Cash Investigation"

Bouleversements

Free: trois patrons de centres d'appels "liquidés" après le passage d'Elise Lucet et de "Cash Investigation"

Publié le :

Mercredi 27 Septembre 2017 - 17:11

Mise à jour :

Mercredi 27 Septembre 2017 - 17:17
Trois patrons de centres d'appels d'une filiale de Free sont sur le point ou ont déjà quitté leur emploi, suite à l'émission de "Cash Investigation" diffusée mardi soir sur France 2. Emission dans laquelle les conditions de travail et de management de ces sites ont fait scandale.
©Capture d'écran
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'enquête à charge menée par la journaliste Elise Lucet et les équipes de son émission Cash Investigation continue de faire des dégâts chez Free qui était, avec Lidl, au centre de l'émission diffusée le mardi 26 au soir.

Trois responsables de centres d'appel, dont les conditions de travail ont été scrutées lors des investigations, sont sur le point de quitter leur emploi. Au moins un l'aurait même déjà fait selon Politis. Contraint et forcé?

Elise Lucet est donc revenue dans l'émission de mardi sur les conditions de travail, les étranges méthodes de licenciements et de recrutements dans plusieurs centres d'appels gérés par Iliad, une filiale de Free en France et au Maroc.

A grands renforts de témoignages, Cash Investigation a pointé du doigt la colère qui montait chez les employés de ces centres et la charge mentale induite par les difficultés au quotidien. Un individu, épuisé comme beaucoup de ses collègues, a par exemple expliqué qu'il avait été viré sans ménagement pour fraude, alors qu'il demandait simplement, selon lui, une révision de ses conditions de salaires.

Afin d'endiguer la crise, et pour "mater" les fauteurs de troubles (les grévistes ou les rebelles pour être plus précis), Free a pris une décision radicale, mais finalement contre-productive. Sur le site de Mobipel, à Colombes, la direction a décidé de geler les embauches, de pousser au départ les éléments perturbateurs et de classer le site en "sensible".

Un autre témoignage est consternant. Une femme a expliqué avoir reçu un avertissement pour avoir pris des jours de repos après… une tentative de suicide.

De l'autre côté de la Méditerranée aussi ces méthodes de management plus que discutables ont fait des victimes. Un mouvement de grève de plusieurs jours en 2012, dans un centre d'appels à Casablanca, avait fait se déplacer Angélique Gérard, la directrice des relations abonnés du groupe Iliad qui avait écrit dans un mail vouloir régler le problème de manière radicale:"Nous liquiderons les 50 détracteurs".

Elise Lucet est donc revenue dans l'émission de mardi sur les conditions de travail, les étranges méthodes de licenciements et de recrutements dans plusieurs centres d'appels gérés par Iliad, une filiale de Free en France et au Maroc.

Commentaires

-