Grands Vins de Gironde condamnée dans un vaste scandale de tromperie

Grands Vins de Gironde condamnée dans un vaste scandale de tromperie

Publié le :

Jeudi 05 Avril 2018 - 17:40

Mise à jour :

Jeudi 05 Avril 2018 - 17:55
Grands Vins de Gironde, l'une des plus importantes sociétés de négoce de la place bordelaise, a été condamnée ce jeudi à une forte amende. Sa responsabilité a été reconnue dans un vaste scandale de mélange de vins pour laquelle la société accusait, elle, l'un des ses cadres.
©Alejandro Pagni/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La société Grands Vins de Gironde, l'une des plus importantes maisons de négoce de la région bordelaise a bien mélangé frauduleusement les millésimes. Ainsi en a décidé le tribunal correctionnel de Bordeaux ce jeudi 5, estimant que GVG s'est rendue coupable de tromperie et de tentative de tromperie.

Un contrôle de la DGCCRF dans le chais de GVG avait relevé que 6.000 hectolitres de vin étaient issus de mélange interdits entre des millésimes, ou que certains mélanges portaient ensuite une étiquette sur la bouteille qu'ils n'avaient plus le droit d'afficher après l'opération.

Grands Vins de Gironde avait déjà reçu un avertissement pour des faits similaires en 2005 portant sur 700.000 bouteilles.

L'affaire actuelle a donc induit en erreur les consommateurs parfois peu avertis des grandes surfaces ou à l'export, nuisant au passage à la réputation du Bordeaux.

Lire aussi: Changement climatique et nouvelle règlementation pourraient faire renaître le vin en Bretagne

L'entreprise a été condamnée à une amende 200.000 euros, plus 200.000 euros avec sursis. Pour sa défense, GVG estimait que le fautif de cette manipulation était son directeur des achats, Eric Marin, assurant qu'il n'avait pas averti la direction des problèmes d'approvisionnement et que l'homme aurait agi de son propre chef, étant détenteur d'une délégation de pouvoirs.

Le tribunal a condamné le cadre à 15.000 euros d'amende avec sursis et l'a relaxé de la plupart des faits qui lui étaient reprochés. L'Institut national de l'origine et de la qualité (Inao) et plusieurs organismes réunissant des producteurs et négociants de vins de Bordeaux ont obtenu des dommages et intérêts, s'étant constitués parties civiles.

Pas moins de 6.000 hectolitres sont concernés par la fraude de GVG.


Commentaires

-