Guyane: un territoire à la dérive économiquement, très loin des standards de la métropole

Guyane: un territoire à la dérive économiquement, très loin des standards de la métropole

Publié le :

Lundi 27 Mars 2017 - 12:44

Mise à jour :

Lundi 27 Mars 2017 - 12:52
La grève générale qui frappe la Guyane est motivée par un ras-le-bol face à la violence et à la situation économique plus que morose. Sur ce dernier point, rien n'évolue réellement dans le bon sens, malgré des dispositifs qui se veulent volontaristes.
© jody amiet / AFP
PARTAGER :
-A +A

Le département d'outre-mer gronde. Depuis ce lundi 27, la Guyane subit une grève générale, lancée par 37 syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais (UTG). Au centre de leurs revendications, un ras-le-bol vis-à-vis de la situation sécuritaire, mais surtout du retard économique pris par le vaste territoire qui est de très loin le plus grand département français (et la deuxième région, la Guyane étant une collectivité cumulant les deux statuts). Le territoire compte pourtant à peine 250.000 habitants (à titre de comparaison, Mayotte, 120 fois plus petite est plus peuplée que la Guyane).

"Comment pouvons-nous continuer à lancer des fusées sur fond de bidonvilles?" déclarait le président François Mitterrand, lors d'une visite en Guyane en septembre 1985. La phrase est restée. La situation économique délétère aussi… La Guyane reste minée par un taux de chômage de 22% de sa population active. Un quart des ménages vivent sous le seuil de pauvreté. Et malgré sa population modérée (mais concentrée sur une petite portion du territoire, 98% de la Guyane étant recouverte de forêt), le dynamisme démographique du territoire exigerait des réponses rapides… qui ne viennent pas. La croissance de la population par le solde naturel (hors immigration) est de 2,4% par an (2014) et entre 2010 et 2015, le nombre de naissances a bondi de 11%. Le territoire est aussi soumis à une forte pression migratoire: 35% de la population est étrangère (et en provenance de pays pauvres du voisinage ou d'Haïti) selon le dernier recensement, contre 8% à l'échelle nationale (selon la définition de l'Insee). 

Une situation difficile à résoudre, du moins à court terme. L'économie locale reste en effet peu diversifiée et guère attractive. L'aérospatiale représente 15% du PIB local, employant 9.000 personnes, mais le reste de l'économie reste faiblement compétitive. La Guyane bénéficie pourtant de nombreux dispositifs fiscaux et sociaux pour encourager le développement de l'économie privée, avec des abattements d'impôts sur le revenus et les sociétés et de crédits d'impôt sur les investissements productifs. De nombreuses exonérations de cotisations sociales et des aides pour réduire le coût du fret existent également. Mais rien n'y fait pour l'instant, le PIB local par habitant est inférieur de plus de 40% à la moyenne des pays de l'Union européenne et un tiers des actifs guyanais sont employés par la fonction publique.

L'économie guyanaise est peu performante, et le marché du travail largement soutenu par l'emploi public.


Commentaires

-