Immobilier - Ces grandes villes dix fois moins chères que Paris

Immobilier - Ces grandes villes dix fois moins chères que Paris

Publié le :

Lundi 06 Août 2018 - 14:55

Mise à jour :

Mardi 07 Août 2018 - 16:56
Si les plus grandes villes françaises affichent des prix de l'immobilier sans cesse croissants, dans certaines villes plus petites (mais restant le plus souvent des préfectures), le tarif de la pierre est parfois faible, voire dérisoire. Coup d’œil sur ces villes où un studio coûte le prix d'une voiture.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'immobilier grimpe, grimpe, grimpe encore… mais pas de partout. Si le prix du mètre carré ne cesse de croître à Paris, Lyon ou Bordeaux, certaines villes françaises échappent totalement à la tendance haussière du prix de la pierre.

Comme le rapporte BFMTV, dans certaines préfectures françaises, les prix de l'immobilier restent si modérés qu'un studio peut s'acheter pour le tarif d'une voiture neuve. Le média cite notamment les exemples de Perpignan, de Mulhouse ou de Saint-Etienne ou des studios de 26 mètres carrés se négocient à seulement… 27.000 euros.

Sur les 100 premières villes de France, 12 affichent des tarifs au mètre carré inférieur à 1.300 euros. Autrement dit, les prix bas dans la pierre ne sont pas l'apanage des zones rurales éloignées de tout, mais certaines villes affichent encore des tarifs défiant toute concurrence permettant à presque toutes les bourses de devenir propriétaires.

Lire aussi - Immobilier: les taux du crédit continuent leur baisse... même les longues durées

Champion incontestable dans le domaine: Saint-Etienne. La préfecture de la Loire affiche un prix médian de 860 euros le mètre carré, dix fois moins que Paris, et quatre fois moins que Lyon, située à seulement 60 kilomètres de la cité stéphanoise. L'ancienne ville minière dépasse de peu Saint-Quentin (Aisne) et ses 870 euros. Mulhouse complète le podium (1.130 euros)

Sans surprise, les villes affichant des tarifs aussi attractifs présentent un revers à cette médaille: une attractivité économique faible et une position à la marge par rapport aux grandes métropoles. Avec parfois des chutes spectaculaires, puisque les prix ont par exemple chuté de 37% à Saint-Etienne depuis 2008, de 30% à Roubaix ou de 29% à Calais. Si les arbres ne montent pas jusqu'au ciel dans l'immobilier, dans certaines villes, ils ont déjà été abattus.

Voir aussi: 

Immobilier: les villes les moins chères à deux pas de Paris

Immobilier - Les taux toujours au plus bas cet été

Certaines préfectures affichent des tarifs dix fois moins chers que Paris.


Commentaires

-