Impôts 2017: pour faire baisser la note avant la date limite, pourquoi ne pas envisager de déclarer les "frais réels"?

Impôts 2017: pour faire baisser la note avant la date limite, pourquoi ne pas envisager de déclarer les "frais réels"?

Publié le :

Mardi 23 Mai 2017 - 17:41

Mise à jour :

Mardi 23 Mai 2017 - 17:54
Pour ceux qui n'ont pas encore rempli leur déclaration d'impôts et qui cherchent le moyen de minorer la facture, la possibilité de déclarer ses "frais réels" représente un moyen intéressant pour ceux qui ont des dépenses professionnelles conséquentes. A condition de s'appliquer une certaine rigueur.
©Stéphane Demolombe/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

S'il est trop tard, en principe, pour les déclarations sur papier, il vous reste encore quelques jours pour faire votre déclaration de revenus via Internet. Si c'est ce mardi soir que s'achève l'échéance pour les départements dont le numéro est compris entre 01 et 19, vous avez jusqu'au 30 mai pour les départements 20-49 et jusqu'au 6 juin pour ceux à partir de 50 et les départements ultramarins. Ce qui vous laisse encore un peu de temps pour essayer de trouver des astuces (légales!) pour minorer votre revenu à déclarer.

Pourquoi dès lors ne pas envisager de passer aux "frais réels"? L'administration fiscale accepte en effet que l'impôt ne soit payé que sur votre revenu amputé des sommes que vous devez éventuellement verser en votre nom propre pour exercer votre activité professionnelle.

Les salariés n'en ont peut-être pas conscience mais le fisc applique le barème de l'impôt en déduisant automatiquement 10% de vos revenus déclarés. Il estime en effet qu'un dixième de vos revenus sont utilisés pour vous permettre justement de gagner votre vie (l'essence de votre voiture, vos frais de bouche pour déjeuner etc...). Mais si les frais sont en réalité plus élevés, et que vous pouvez le prouver, rien ne vous empêche de faire vous-même la déduction.

En principe, si vous devez habiter un autre logement que votre résidence principale pour des raisons professionnelles, le montant des loyers que vous payez sont déductibles, sous réserve que la distance soit jugée telle qu'il vous est impossible de rentrer chez vous le soir. Les transports pour rentrer chez vous, par exemple le week-end, sont également déductibles. Autrement dit, c'est une somme parfois conséquente que vous pouvez déduire de vos revenus imposables. Idem pour les repas pris au restaurant (et qui ne sont pas payés en tickets restaurant). Ils sont déductibles du montant de la facture. Si vous ne conservez pas les factures, l'administration accepte une déduction forfaitaire de 4,70 euros par repas pendant les heures de travail.

Si vous achetez du matériel dans un cadre professionnel (un ordinateur par exemple), vous pouvez également déduire, mais uniquement la "dépréciation" annuelle que vous estimez, pendant plusieurs années. Si vous vous servez du matériel également à titre privé, vous devez estimer la fraction privée/professionnelle de l'utilisation, et l'appliquer à la réduction. 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, vous pouvez aussi opter pour les frais réels… même quand certains achats sont couverts par des notes de frais remboursées par votre employeur. Cependant, si vous optez pour ce régime, vous devez réintroduire l'ensemble des frais versés comme des revenus, pour que l'opération soit neutre.

Dernière donnée importante, pour bénéficier des frais réels, vous devez joindre à votre déclaration un courrier expliquant que vous optez pour les frais réels et ce que vous souhaitez déduire. La "bonne foi" étant le principe en fiscalité, il n'est pas demandé de joindre les factures ou les quittances de loyers. Vous devez par contre les conserver en cas de contrôle fiscal pour justifier des sommes que vous avez déduites, si l'administration fiscale a décidé de regarder de près vos déclarations.

Plus que quelques jours pour remplir la déclaration de revenus... et trouver des moyens de faire baisser la note.


Commentaires

-