Info France-Soir - Derrière la hausse du marché de l'occasion, la fracture sociale entre les plus aisés et les plus modestes (étude)

Info France-Soir - Derrière la hausse du marché de l'occasion, la fracture sociale entre les plus aisés et les plus modestes (étude)

Publié le :

Vendredi 10 Novembre 2017 - 15:49

Mise à jour :

Vendredi 10 Novembre 2017 - 17:39
Selon une étude OpinionWay pour Troc.com, la popularité du marché de l'occasion ne se dément pas. La consommation de produits de seconde main augmente deux fois et demi plus vite que le marché du neuf. Mais derrière ce dynamisme se cache une fracture: les deux catégories les plus attirées par l'occasion sont les plus aisés et les plus modestes qui répondent à deux logiques opposées.
©Isabelle Blanchemain/Flickr
PARTAGER :
-A +A

Côté pile, il y a la dimension positive de la pratique qui valorise la préservation de l'environnement et allonge la durée de vie des objets. Et côté face, il y a surtout la traduction économique du développement de la pratique. Selon un sondage à paraître OpinionWay pour la chaîne de dépôts-ventes Troc.com à paraître prochainement, si 65% des Français ont déjà soit revendu, soit acheté des objets d'occasion, les catégories socio-professionnelles les plus modestes sont nettement surreprésentées. Et la plupart des consommateurs interrogés ne sont pas dupes des raisons réelles du succès du marché de l'occasion qui représente 6 milliards d'euros en 2016 selon le cabinet Xerfi.

Si la moyenne nationale est donc de 65%, la pratique chez les classes populaires grimpe même à 72%. Et la dimension pécuniaire pour expliquer la pratique de l'achat ou de la vente d'occasion revient de manière écrasante dans la liste des motivations. 89% des acheteurs sondés admettent acheter d'occasion dans le but avéré de faire des économies  et 81% des vendeurs assurent que vendre des objets d'occasion leur permet d'arrondir les fins de mois.

Mais le marché de l'occasion souligne également une certaine fracture sociale. L'autre catégorie sociale à avoir des chiffres supérieurs à la moyenne est celle… des catégories socio-professionnelles supérieures, sans atteindre cependant le niveau des catégories modestes (67%).

Sur la base, non pas de la profession mais des revenus, l'écart se retrouve pratiquement à l'identique. 69% des personnes gagnant moins de 2.000 euros nets mensuels pratiquent en effet l'achat et la vente à l'occasion, c'est 6 points de plus que ceux qui gagnent plus de 2.000 euros nets (63% dont déjà moins que la moyenne nationale). 

Le chiffre d’affaires des magasins de biens de seconde main a crû de 3,8 % en France entre 2013 et 2015, alors que la consommation des ménages n’a, elle, augmenté que de 1,6 %.

>Étude Les Français et les produits de seconde main réalisée les 11 et 12 octobre 2017 par OpinionWay pour Troc.com, auprès d’un échantillon de 1.024 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence

Les vide-greniers font le plein, mais les raisons de ceux qui y participent le font pour des raisons radicalement différentes.


Commentaires

-