La croissance en hausse de 0,3% au troisième trimestre

La croissance en hausse de 0,3% au troisième trimestre

Publié le :

Vendredi 13 Novembre 2015 - 10:30

Mise à jour :

Vendredi 13 Novembre 2015 - 10:44
L'Insee a dévoilé ce vendredi une estimation de la croissance française à 0,3% au troisième trimestre 2015. Un taux qui devrait permettre au gouvernement d'atteindre et même de dépasser ses prévisions de 1% minimum sur l'ensemble de l'année.
©Terra Nova/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Ce n'est pas encore le miracle français, mais c'est suffisant pour satisfaire le gouvernement. L'Insee a dévoilé ce vendredi ses estimations de la croissance au troisième trimestre 2015. Elle devrait atteindre 0,3%.

Un léger rebond après une croissance nulle au deuxième trimestre et qui devrait permettre à la France de finir l'année dans les prévisions de Bercy: au minimum 1%, voire 1,5%. La croissance au premier semestre avait en effet été de 0,7% (après une première prévision à 0,6%). La nouvelle est d'autant meilleure que l'Insee n'anticipait en octobre qu'une croissance de 0,2% pour cette période.

Le ministre des Finances Michel Sapin a rapidement salué cette légère hausse qui assure une croissance "au minimum de 1,1%" en 2015 et devrait permettre de sortir "de cette trop longue période de croissance extrêmement faible". Et le ministre d'ajouter que ces chiffres présagent d'une croissance encore plus élevée l'année prochaine. L'objectif du gouvernement pour 2016 est une croissance de 1,5%.

Certes, on est encore loin des hypothèses de croissance du candidat François Hollande en 2012, entre 2% et 2,5% à partir de 2015. Mais ces résultats restent encourageants, d'autant plus que le gouvernement conditionne depuis des mois la fameuse inversion de la courbe du chômage à un taux de croissance de 1,5%.

Sur ce point, l'Union européenne est cependant moins optimiste que le gouvernement. L'UE a en effet pour sa part revu début novembre les prévisions de croissance de la France à la baisse et table sur 1,4% en 2016 et non plus 1,7%. Ce qui ne permettrait pas selon Bruxelles d'impacter sur le nombre de chômeurs avant 2017, ni de repasser sous la barre de 3% de déficit public d'ici là.

 

Selon Michel Sapin, la croissance en 2015 sera au minimum de 1,1%.


Commentaires

-