Les comptes de William Saurin ou de Madrange truqués depuis dix ans, le groupe de 3.000 salariés menacé de démantèlement

Les comptes de William Saurin ou de Madrange truqués depuis dix ans, le groupe de 3.000 salariés menacé de démantèlement

Publié le :

Mercredi 14 Décembre 2016 - 14:37

Mise à jour :

Mercredi 14 Décembre 2016 - 14:52
©Capture d'écran Youtube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La 166e fortune de France Monique Piffaut, décédée le 30 novembre, laisse son groupe fort de marques connues comme Madrange ou William Saurin, dans le désarroi: depuis une décennie environ, les comptes étaient falsifiés. L'un des fleurons de l'agroalimentaire est aujourd'hui menacé.

La nouvelle tenait du ridicule et a rapidement été balayée. Non, Monique Piffaut, unique actionnaire et présidente de la holding la Financière Turenne Lafayette, possédant notamment William Saurin décédée le 30 novembre à l'âge de 78 ans ne léguera pas son patrimoine à son chien Gaétan. La 166e fortune de France (400 millions d'euros) n’en ayant de toute façon pas le droit, la France ne reconnaissant pas les legs à des animaux.

Ce qui est par contre beaucoup moins amusant, et bien réel cette fois, est ce qu’a découvert l’audit qui a été diligenté par le nouveau président de la holding, Eric Le Gouvello, nommé suite du décès de la millionaire dirigeante. "Les premières constatations laissent apparaître une présentation trompeuse des comptes depuis plusieurs années, dans un contexte très dégradé pour la filière agroalimentaire en général et pour certaines filiales du groupe en particulier" laisse entendre un communiqué. Et c’est peu de le dire…

Selon le quotidien Le Figaro, depuis une dizaine d’années environ, Monique Piffaut qui régnait en maître sur William Saurin, mais aussi sur d’autres noms connus comme Paul Prédault ou Madrange, a falsifié les éléments de compte de sa société, renchérissant les chiffres d’affaires, les résultats ou l’état des stocks. Le but? Présenter une panorama flatteur de ses actifs afin d’accéder plus facilement au financement bancaire, ce qui lui a permis de racheter plus facilement de nouvelles marques. C’est ainsi qu’elle a pu constituer un groupe de 900 millions d'euros de chiffre d’affaires.

Le scandale n’en est peut-être qu’à ses débuts. Face à de telles falsifications, le groupe risque ni plus ni moins que… le démantèlement. La justice a en effet été saisie face à la découverte de ces faux comptes. Les banques et les administrateurs sont actuellement réunis à Bercy pour essayer de trouver une solution pour éviter que le groupe ne coure à sa perte.

Les différentes composantes que contrôle la Financière Turenne Lafayette emploient 3.000 personnes sur 21 sites industriels, épaulées par 1.500 intérimaires ou prestataires. 

 

L'ensemble du groupe réalisait environ 900 millions d'euros de chiffre d'affaires.


Commentaires

-