Mercredi 3 février 2016: la Bourse de Paris clôture en forte baisse

Mercredi 3 février 2016: la Bourse de Paris clôture en forte baisse

Publié le :

Mercredi 03 Février 2016 - 18:06

Mise à jour :

Mercredi 03 Février 2016 - 18:06
©Eric Piermont/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La Bourse de Paris a clôturé la journée en forte baisse ce mercredi avec -1,33%. L'indice CAC 40 a quant à lui perdu 57,03 points à 4.226,96 points.

La Bourse de Paris a terminé en nette baisse ce mercredi 3 février (-1,33%), préoccupée par la santé de l'économie mondiale après des propos peu rassurants d'un membre de la Fed et un indicateur américain décevant. L'indice CAC 40 a perdu 57,03 points à 4.226,96 points, dans un volume d'échanges étoffé de 4,9 milliards d'euros. La veille, il avait déjà reculé sévèrement (-2,47%).

Le marché parisien s'est montré très hésitant une grande partie de la séance, limitant la casse grâce à la stabilisation du pétrole. Il a par la suite vivement creusé ses pertes au point de lâcher près de 2%, avant de se reprendre un peu.

Les investisseurs retiennent "les mauvais chiffres américains et les propos pas très optimistes d'un membre de la Fed sur l'économie américaine", résume Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque. Ces nouvelles renforcent les inquiétudes sur l'économie mondiale, déjà nourries par la récente chute du prix du baril.

Membre de la Réserve fédérale américaine (Fed) et président de l'antenne de New York, William Dudley a évoqué "un considérable durcissement des conditions financières" depuis décembre. "Si l'économie mondiale devait chuter fortement ou si toutes ces tensions devaient conduire à une considérable appréciation du dollar, cela aurait d'importantes conséquences aux Etats-Unis", a-t-il expliqué.

Le marché a par ailleurs accusé le coup après des indicateurs décevants avec notamment un ralentissement plus fort que prévu de l'activité dans les services aux Etats-Unis en janvier, selon l'indice ISM. "Cela s'ajoute à plusieurs indicateurs plutôt mauvais depuis le début de la semaine, ce qui n'est pas de très bon augure avant le rapport sur l'emploi vendredi", note Andrea Tuéni.

Ces craintes sur la croissance ont un peu fait passer au second plan l'évolution des prix du pétrole qui se stabilisaient, sans être pénalisés par le fait que les stocks de pétrole brut ont augmenté beaucoup plus que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis.

Parmi les valeurs, LVMH a bondi (+4,51% à 151,75 euros), tiré par des ventes record en 2015, de 35,67 milliards d'euros, en hausse de 16% et d'un bénéfice net hors exceptionnels également en progression. Unibail-Rodamco a gagné 2,96% à 231,65 euros, conforté par une année 2015 jugée "excellente", malgré un repli de l'activité en France au mois de novembre dû aux attentats, avec un résultat net récurrent à 1,03 milliard d'euros.

Le secteur pétrolier a progressé à l'image de Technip (+1,07% à 41,71 euros) et Total (+0,56% à 38,42 euros). Seule exception, CGG chutait lourdement (-8,57% à 0,64 euro) après sa récente augmentation de capital. Les valeurs bancaires sont restées sous pression, face aux difficultés du secteur italien et au lendemain d'une séance très difficile après des résultats décevants du suisse UBS. BNP Paribas a perdu 3,24% à 39,55 euros, Crédit Agricole 3,44% à 8,36 euros et Société Générale 2,99% à 31,60 euros.

La Bourse de Paris a clôturé la journée en forte baisse ce mercredi avec -1,33%.


Commentaires

-