Nouvelle loi Travail - Plafonner les indemnités prud'hommales, la mesure qui pourrait coûter à Macron le soutien de la CFDT

Rapport de force

Nouvelle loi Travail - Plafonner les indemnités prud'hommales, la mesure qui pourrait coûter à Macron le soutien de la CFDT

Publié le :

Mardi 23 Mai 2017 - 15:33

Mise à jour :

Mardi 23 Mai 2017 - 15:43
Alors que s'ouvrent ce mardi les premières rencontres entre syndicats et l'exécutif sur la réforme du droit du travail, Emmanuel Macron joue gros. Notamment car une mesure sur laquelle il a fait campagne, le plafonnement des indemnités prud'hommales, est un casus belli pour son principal (le seul?) soutien au sein des syndicats de salariés, la CFDT.
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :
-A +A

"J'ai demandé (à Emmanuel Macron) que la méthode ne soit pas à la hussarde, qu'il n'y ait pas une forme de précipitation", a mis en garde ce mardi 23 Laurent Berger alors que s'ouvrent les consultations des syndicats sur la réforme du droit du travail. Car le patron de la CFDT, qui continue à observer une position bienveillante -mais prudente- à l'égard du président, le sait: celui-ci veut des résultats rapides et pourra tenter de passer en force par le biais d'ordonnances. Et si les deux hommes paraissent en mesure de trouver un terrain d'entente, un point d'achoppement pourrait bien changer la donne.

Soutien de la loi El Khomri dans sa version remaniée -après négociations-, la CFDT est ainsi favorable à la fameuse inversion de la hiérarchie des normes qui hérisse tant le poil de la CGT ou de FO notamment. La centrale est également prête à discuter à propos de la réforme des instances représentatives: délégués du personnel (pour les entreprises de plus de 10 salariés), comité d'entreprise (50 salariés) et comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT, 50 également) pourraient ainsi être fondus en une instance unique et ce quelle que soit la taille de l'entreprise, pour lutter contre les effets de seuil notamment. La CFDT est de longue date favorable à une représentation syndicale jusque dans les plus petites sociétés.

Que des bonnes nouvelles pour le premier syndicat de France dans le secteur privé? A priori rien d'insurmontable, oui. Mais il y a un "mais". Emmanuel Macron est ainsi très attaché au plafonnement des indemnités prud'hommales, destiné à permettre aux chefs d'entreprise de prévoir les risques et donc de les rendre moins frileux à l'embauche. C'est exactement ce qui hérisse le poil des syndicats de salariés, la CFDT comme la majorité des autres, qui dénoncent une mesure qui favorisera les licenciements abusifs puisqu'il sera désormais possible de calculer le point à partir duquel il est plus avantageux de licencier plutôt que de conserver un salarié, même performant (personne n'est irremplaçable dit le dicton en vogue dans les RH). Les syndicats patronaux y sont pour leur part plus que favorables.

Concilier l'irréconciliable: le premier vrai test, qui s'annonce révélateur, du président Macron.

La réforme du droit du travail débute officiellement ce mardi 23, avec les premières consultations menées par Emmanuel Macron.

Commentaires

-