Placement: le diamant, un investissement qui attire... mais qui reste très risqué

Placement: le diamant, un investissement qui attire... mais qui reste très risqué

Publié le :

Mardi 30 Mai 2017 - 14:46

Mise à jour :

Mardi 30 Mai 2017 - 14:54
Le diamant est un actif en apparence déroutant: s'il peut servir d'ornement, il est aussi considéré par certains épargnants comme une valeur refuge. Pourtant cet actif obéit à des règles complexes, atypiques, sur lesquelles le particulier qui n'est pas connaisseur du secteur n'a aucune emprise. Il n'est donc qu'à recommander aux plus aventureux... à leurs risques et périls.
©Steven Depolo/Flcikr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La finance vous inquiète, l'assurance-vie vous semble menacée, l'or est dans une tendance baissière et l'immobilier est déjà trop cher pour vous? Beaucoup d'épargnants sont tentés par des placements plus atypiques, au rang desquels le diamant. La pierre précieuse, jouit d'une image flatteuse, le marché semble stable et obéissant à des règles qui ne sont pas liées à des décisions politiques arbitraires. En outre, la pierre existe "concrètement", est facilement transportable, et son extraction va aller décroissante, ce qui pourrait alimenter mécaniquement sa hausse. Le 4 avril, le Pink Star, un diamant rose de 59,60 carats, s'est vendu 71,2 millions de dollars lors d'une vente aux enchères à Hong Kong. Alors le diamant est-il le placement idéal soit pour vous diversifier, soit pour vous sécuriser? La réponse est non.

Pour être claire à la base, le diamant n'est pas une "arnaque" et rien n'empêche en effet d'acheter un diamant et de le revendre en faisant une plus-value. Mais si vous êtes un épargnant lambda, loin d'être introduit dans les arcanes du marché de la pierre précieuse, vous n'avez aucune maîtrise sur un actif, que vous risquez d'acquérir.

En effet, contrairement aux annonces des sites que vous pourrez trouver via une simple recherche sur Internet, il n'existe pas de cotation "officielle" du diamant, pas même à Anvers. Seulement des estimations. Les transactions se font de gré à gré, et inutile de dire en tant qu'acheteur isolé et non initié, vous pouvez vous retrouver à acquérir une pierre qui n'aura pas la valeur que l'on vous annonce chez un autre détaillant. De plus, le diamant présente une caractéristique assez particulière pour un actif: sa valeur dans les échanges peut varier selon son aspect physique ou certaines caractéristiques. Il n'y a aucune valeur lissée, et vous n'avez bien entendu aucune maîtrise sur certaines évolutions dans la durée. Une forme ou une taille de pierre peut ainsi devenir démodée et perdre de la valeur, alors même que votre diamant est resté intact. Vous serez totalement impuissant.

Même si les autres actifs atypiques sont risqués, certains apportent certaines garanties pour bien estimer leur prix. Les grands crus par exemple, via des cotations en fonction des années et des vignobles permettent, malgré la fragilité de l'estimation, de donner des points de repères qui n'existent pas pour le diamant.

Enfin, c'est l'expérience qui doit aussi vous mettre la puce à l'oreille. Après une bulle dans les années 1980, le marché du diamant s'est brusquement effondré. Si les chiffres ont remonté depuis, ceux qui ont misé sur la pierre précieuse (dont l'intérêt ne s'est réellement développé qu'au XXe siècle) à cette période n'ont jamais retrouvé leur argent. Si les diamants sont éternels, les pertes d'un mauvais connaisseur du marché pourraient l'être également.

Le diamant est un actif qui obéit à des règles spécifiques et souvent irrationnelles.


Commentaires

-