Réforme de la CSG: le gouvernement envisage de supprimer les cotisations salariales en deux temps

Réforme de la CSG: le gouvernement envisage de supprimer les cotisations salariales en deux temps

Publié le :

Mercredi 23 Août 2017 - 12:48

Mise à jour :

Mercredi 23 Août 2017 - 13:03
© FRED DUFOUR / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le gouvernement continue de se creuser les méninges au sujet de la réforme de la CSG. Selon "les Echos", Bercy envisagerait de diviser en deux le calendrier et d'étaler la suppression des cotisations salariales sur 2018 afin de compenser la hausse de 1,7 point de la CSG, effective dès le 1er janvier.

Emmanuel Macron en avait fait l'un de ses chevaux de bataille durant sa campagne. La suppression des cotisations salariales "maladie" (0,75%) et "chômage" (2,40%) a bien été confirmée par le gouvernement ce mercredi 23. Mais selon Les Echos, qui révèle l'information, cette suppression se fera en deux temps sur 2018.

Par cette mesure budgétaire, qui entre dans le cadre de la réforme de la CSG (Contribution sociale généralisée: impôt destiné à participer au financement de la protection sociale), Bercy entend faire des économies et "contenir le déficit sous la barre des 3% du PIB" pour 2018, comme l'indiquent Les Echos.

Cette mesure fiscale, qui doit aussi permettre de dégager 7 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux actifs, a été décidée pour justement compenser la hausse de la CSG de 1,7 point. Hausse confirmée dès le 1er janvier 2018. Ce qui veut dire que les salariés concernés devront d'abord encaisser cela, avant de voir les cotisations baisser (avec une première étape également en janvier 2018, et une seconde à l'automne).

Au final, les salariés paieront 1,45 point de cotisations en moins. Puisque c'est ce qu'induit la hausse de la CSG de 1,7 point et la baisse de 3,15 points de charges (due à la suppression des cotisations salariales "maladie" et "chômage"). Un salarié au SMIC devrait ainsi gagner sur l'année plus de 250 euros.

Mais ce fameux gain ne sera donc pas effectif sur le bulletin de salaire de janvier 2018 puisque ce sera le mois des tous les bouleversements. Il faudra attendre la fin de l'année, voir début 2019, pour en tirer les réels bénéfices.

Le gouvernement veut faire des économies en décalant (un peu) la suppression des cotisations salariales par rapport à son calendrier initial au sujet de la réforme de la CSG.

Commentaires

-