Retraite: l'indexation sur les salaires, gain ou perte sur les futures pensions?

Retraite: l'indexation sur les salaires, gain ou perte sur les futures pensions?

Publié le :

Lundi 18 Février 2019 - 11:01

Mise à jour :

Lundi 18 Février 2019 - 11:17
© GERARD JULIEN / AFP/Archives
PARTAGER :
-A +A

Le haut-commissaire chargé de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, propose de revenir à l'indexation des pensions sur les salaires (comme il était le cas jusqu'en 1987) et non plus sur l'inflation qui plafonne actuellement toute revalorisation massive. Mais la réforme serait à double tranchant.

Cela pourrait être l'une des mesures majeures de la réforme des retraites à venir, et elle a été confirmée par Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire désigné par Emmanuel Macron pour piloter ladite réforme. Ce dernier a proposé aux partenaires sociaux de changer les règles de revalorisation des retraites: celles-ci ne seraient plus indexées sur l'inflation, mais sur la hausse des salaires.

La mesure semble technique, elle n'en est pas moins capitale. Depuis 1987, les retraites sont indexées sur l'inflation. Elles augmentent donc au même rythme que la hausse des prix en France (hors tabac) définie par l'Insee. Avantage pour les retraités: ils ne perdent pas, en principe, de pouvoir d'achat avec l'inflation (très basse depuis plusieurs années cependant), alors qu'un salarié dont les revenus n'augmentent pas est lui directement impacté par la hausse des prix.

Mais l'inflation étant chroniquement basse en France, l'indexation se traduisait par des revalorisations très faibles, soit un plafonnement de fait des pensions de retraite. Une situation qui rend les retraités vulnérables à une hausse des prélèvements qui ne peuvent pas être compensés par une hausse de leur pension. Une situation à l'origine de la colère des retraités face à leur hausse de la CSG qui n'a pas été comblée par une baisse des cotisations sociales (réservées aux salariés), ni par une hausse de la pension.

Lire aussi - Réforme des retraites: Delevoye propose une indexation sur les salaires 

L'indexation sur les salaires pourrait donc permettre des hausses plus importantes, et même un gain de pouvoir d'achat si l'augmentation est supérieure à l'inflation. Une seule contrainte: que les salaires augmentent! C'est là que le bât pourrait blesser: si les salaires stagnent faute de croissance économique et si l'inflation augmente, les retraités perdront alors en pouvoir d'achat, ce qui ne serait pas arrivé si l'indexation sur l'inflation était restée la norme. C'est d'ailleurs ce qu'il s'est passé en 1987: les retraites étaient indexées sur les salaires depuis 1948, mais le gouvernement Chirac avait décidé de passer à l'indexation sur l'inflation. A l'époque, il s'agissait d'une mesure favorable aux retraités…

Impossible de dire avec certitude, en l'état, si l'indexation sur les salaires serait un gain pour les retraités. La réforme, si elle devient effective, s'apparenterait à un jeu de "quitte ou double". Elle aurait au moins le mérite de tordre le cou définitivement à l'idée de "retraités privilégiés" –déjà battue en brèche par la non-compensation de la hausse de la CSG– car ne souffrant pas des effets de l'inflation. Restera un dernier détail: quel sera exactement l'indicateur retenu pour jauger la variation des salaires? Ce point n'a pas encore été éclairci. 

Voir aussi:

Retraite: une baisse des pensions de ceux qui refusent de travailler plus longtemps?

Italie: le gouvernement populiste adopte le revenu de citoyenneté et la réforme des retraites

L'indexation des retraites sur les salaires, un pari risqué.


Commentaires

-