Retraite: vers une nette hausse de votre pension à partir du 1er octobre? Oui, sauf si le gouvernement refuse

Hausse des prix... et des pensions

Retraite: vers une nette hausse de votre pension à partir du 1er octobre? Oui, sauf si le gouvernement refuse

Publié le :

Lundi 17 Juillet 2017 - 14:48

Mise à jour :

Lundi 17 Juillet 2017 - 14:55
Les pensions de retraite devraient connaître un regain vigoureux autour de 1% cet automne. Le chiffre n'a jamais été aussi élevé depuis quatre ans. Mais c'est le gouvernement qui a le dernier mot, et ce dernier annonce des mesures qui ne vont pas dans le sens de la hausse du pouvoir d'achat pour ceux ayant liquidé leurs droits.
©Marcel Oosterwijck/Flickr

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

  
-A +A

RETRAITES - C'est une bonne nouvelle pour les retraités, et c'est peu de dire que ceux-ci n'y croyaient peut-être plus. Selon le rapport de la Commission des comptes de la sécurité sociale l'augmentation des pensions de retraites devrait atteindre 0,9% au 1er octobre prochain. Il y a quatre ans au moins que les pensions n'avaient pas connu une telle revalorisation. Le 1er octobre 2016, il n'y avait même eu aucun coup de pouce.

La cause de ce regain côté retraite? L'inflation. Ou plus exactement, le mode de calcul utilisé depuis 2016 pour déterminer l'évolution souhaitable des pensions, qui prend en compte les indices mensuels d'évolution des prix à la consommation (hors tabac). On connaîtra le chiffre définitif à l'issue des données de l'inflation au mois d'août, mais la tendance à la hausse de l'accroissement des prix devrait déboucher sur ce gain de presque 1%, sauf énorme surprise.

Concrètement pour votre porte-monnaie, si vous êtes retraité, une pension de 1.000 euros sera revalorisée de 9 euros, soit un gain net de 108 euros par an. Cependant, la revalorisation ne concerne pas le "minimum vieillesse" (officiellement, "l'Allocation de solidarité aux personnes âgées") qui bénéficie aussi d'un système similaire de revalorisation, mais qui se déclenche chaque 1er avril.

Cependant, même si le chiffre est flatteur, la hausse restera suspendue à une décision politique. C'est en effet le gouvernement qui décide du montant de la revalorisation, et rien ne l'oblige à appliquer l'estimation issue de la formule.  Mais il semblerait surprenant que l'exécutif décide de geler les pensions (ou de ne répercuter qu'une partie de la hausse). Primo, un tel choix serait une première, la hausse étant appliquée de manière systématique. Deuxio, la hausse calculée ne faisant que répondre à une inflation, ne pas vouloir la répercuter serait assumer clairement une baisse du pouvoir d'achat des retraités qui risquent de se souvenir dans les urnes (même si les principales échéances sont maintenant passées…) de ce "mauvais coup". Et tertio, une majorité de retraités va devoir prochainement encaisser la hausse de la CSG sur leur pension, voulue par Emmanuel Macron, ce qui va quasiment annuler les avantages issus de la hausse mécanique des retraites. Autrement dit, une véritable double peine si le gouvernement décide du statu quo.

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
Les pensions devraient croître... mais les prélèvements aussi.

Commentaires

Identifiez-vous pour poster des commentaires