Risque de chute libre du bitcoin: Bruno Le Maire met en place une mission de vigilance

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 16 janvier 2018 - 18:39
Image
Le Bitcoin n'a pas de cours légal et n'est pas régi par une banque centrale ou un gouvernement mais
Crédits
© ROSLAN RAHMAN / AFP
Une mission de vigilance a été mise ne place face aux risques de chute du bitcoin.
© ROSLAN RAHMAN / AFP
Le bitcoin donnent de sérieux signes d’essoufflement. Les autorités françaises commencent à s'en émouvoir et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé la mise en place d'une mission de vigilance.

Alors que la Corée du Sud et la Chine, où le bitcoin est particulièrement redouté, c'est maintenant la France qui annonce vouloir sérieusement s'emparer de la question de la "cryptomonnaie" aux cours qui commencent à trembler après avoir atteint des sommets.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé lundi 15 la mise en place d'une mission de vigilance sur cet actif mal compris et largement vendu comme étant une "monnaie virtuelle" aux fortes possibilités spéculatives.

C'est Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, qui aura pour rôle de diriger cette mission qui devra présenter "des orientations sur l'évolution de la réglementation pour mieux maîtriser le développement (du bitcoin) et empêcher (son) utilisation à des fins d'évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d'activités criminelles ou de terrorisme" selon les propos de Bruno Le Maire.

Lire aussi: Bitcoin: le Français Mark Karpeles plaide non-coupable

Le cours du bitcoin, qui reste d'ailleurs n'étant pas coté sur un marché officiel, a grimpé au-delà des 15.000 dollars en décembre. Il s'agit pourtant d'un actif fluctuant dans des proportions considérables en fonction des aléas réglementaires, le rendant très risqué. Pour rappel –ce que les investisseurs ne savent pas forcément– le bitcoin avait déjà connu une crise d'ampleur en 2014 lorsque la plateforme de trading japonaise MtGox (dirigée par un Français incarcéré depuis) avait fait faillite dans des conditions douteuses. Le bitcoin avait alors perdu 70% de sa valeur en un an. Une volatilité extrême sur laquelle ne communique pratiquement jamais les promoteurs de cet actif, et surtout pas Nabilla qui avait fait une promotion totalement absurde de ce produit financier, ce qui lui a valu un rappel à l'ordre de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

À LIRE AUSSI

Image
Des bitcoins.
La Chine veut mieux contrôler le bitcoin, son cours s'effondre brusquement
Pour lutter contre la fuite de ses capitaux, les autorités de Pékin ont décidé de mettre la pression sur le bitcoin, la monnaie virtuelle qui n'est contrôlée par aucun...
12 janvier 2017 - 09:25
Tendances éco
Image
Cyberattaque: la rançon en bitcoins, garantie d'anonymat
Cyberattaque: la rançon en bitcoins, garantie d'anonymat
Les auteurs de la cyberattaque mondiale lancée vendredi exigent le versement des rançons en bitcoins car cette monnaie immatérielle permet l'anonymat mais, face à la m...
15 mai 2017 - 20:33
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don