Terrorisme: les réservations de vols vers Paris en chute libre depuis les attentats

Terrorisme: les réservations de vols vers Paris en chute libre depuis les attentats

Publié le :

Lundi 14 Décembre 2015 - 09:28

Mise à jour :

Lundi 14 Décembre 2015 - 09:31
Les touristes continuent à éviter Paris, un mois après les attentats qui ont ensanglanté la capitale, comme le prouve la baisse des réservations de vols vers Orly et Roissy depuis l'étranger.
©Louis Nastro/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les effets des attentats de Paris continuent à se faire sentir sur le tourisme. Selon les chiffres dévoilés dimanche 13 par la société ForwardKeys, qui compulse les données d'agences de voyages du monde entier, les réservations des vols vers Paris sont en forte baisse depuis les attentats du 13 novembre. D'autre part, l'hôtellerie subit également un recul.

Les nouvelles réservations de vols vers Paris depuis l'étranger ont ainsi enregistré une baisse de 28%, quatre semaines après les attentats qui ont ensanglanté Paris et Saint-Denis et fait 130 morts et des centaines de blessés. Une tendance persistante puisque une chute de 29% de ces réservations avait été constaté durant les sept jours suivant les attaques terroristes, puis de, respectivement 26% et 29% de nouveau les semaines suivantes.

Dans le détail, les baisses sont les plus sensibles aux Etats-Unis, en Chine, au Japon ou encore l'Australie. Les pays européens sont également concernés puisque les Espagnols et les Italiens figurent également parmi les plus frileux à prendre leurs billets vers Paris.

La situation est stable en ce qui concerne les annulations, précise ForwardKeys qui les évalue "dans des proportions similaires" à ce qu'elles étaient avant le 13 novembre. Logique, puisque les voyageurs potentiellement découragés par la situation sécuritaire française ne réservent tout simplement plus. A noter toutefois que le segment des voyages d'affaires "qui s'est réactivé plus rapidement".

La baisse des voyages vers Paris se fait notamment sentir sur le secteur hôtelier, qui est également en difficulté. Une baisse de fréquentation qui va prendre du temps, "deux mois, trois mois, quatre mois" à se résorber, estimait le patron du groupe hôtelier Accor Sébastien Bazin début décembre. "C’est un trou d’air, ça va se résorber, à condition que la sécurité soit bien assurée par les pouvoirs publics", pronostiquait-il alors.

 

Le segment des vols d'affaires s'est toutefois "réactivé", dit ForwardKeys.


Commentaires

-