Chine: le "Jour des célibataires" booste les ventes en ligne

Chine: le "Jour des célibataires" booste les ventes en ligne

Publié le :

Vendredi 11 Novembre 2016 - 18:40

Mise à jour :

Vendredi 11 Novembre 2016 - 18:40
©STR / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Les Chinois ont dépensé des milliards ce vendredi 11 à l'occasion du "Jour des célibataires", opération de soldes en ligne considérée comme la plus vastes du monde. L'événement a été lancé en 2009 par Alibaba, géant national de la vente sur internet.

Près d'un milliard d'euros en cinq minutes: les Chinois se ruaient ce vendredi 11 sur les sites de vente électronique pour le "Jour des célibataires", opération de soldes en ligne considérée comme la plus vaste du monde et qui a encore une fois affolé les compteurs. A minuit heure de Chine (1h00 GMT jeudi 10), les internautes se sont précipités sur leur téléphone ou leur ordinateur afin de profiter des rabais offerts à l'occasion de cet événement lancé en 2009 par Alibaba, géant national de la vente sur internet. Le 11 novembre est célébré comme le "jour des célibataires" en raison de la succession de "1" dans la date: pour Alibaba, il s'agit d'en profiter pour doper ses ventes à grand renfort de promotions.

Ce vendredi, pas moins de 6,8 milliards de yuans (917 millions d'euros) ont été dépensés dès les cinq premières minutes sur les seules plateformes d'Alibaba --essentiellement Taobao et Tmall--, selon les chiffres de l'entreprise. Vingt-quatre heures plus tard, le volume des ventes enregistré par Alibaba durant la seule "journée des célibataires" s'élevait au niveau ahurissant de 120,7 milliards de yuans (16,3 milliards d'euros), a annoncé triomphalement le groupe. C'est davantage que le PIB annuel de pays comme la Jamaïque ou le Sénégal... et très au-delà du score réalisé en 2015 (13,3 milliards d'euros).

Le numéro deux du secteur en Chine, JD.com, a lui aussi profité à plein de la frénésie consommatrice, au prix d'une surenchère d'annonces et de promotions avec son rival: il a indiqué avoir enregistré dès 9 heures davantage de transactions que l'an passé. C'est un rayon de soleil dans le tableau morose d'une économie chinoise essoufflée: sur les 10 premiers mois de l'année, les ventes en ligne se sont envolées de 26%, à 3.500 milliards de yuans (472 milliards d'euros), selon les chiffres officiels, progressant deux fois plus vite que l'ensemble des ventes de détail.

A l'heure où Pékin s'efforce de rééquilibrer son modèle de croissance en faveur des services et de la consommation intérieure, le commerce électronique s'impose comme un pilier, notamment grâce aux 710 millions d'internautes chinois. Près de 15% des ventes de détail en Chine se réalisent sur internet. Signe révélateur: le "Jour des célibataires" dépasse désormais en quelques heures le record mondial des soldes en ligne qui était détenu chaque année fin novembre par les Etats-Unis à l'occasion du congé de Thanksgiving. Sur cinq jours, les Américains n'avaient ainsi dépensé l'an dernier "que" 11,1 milliards de dollars (10,1 milliards d'euros) sur internet lors de ces soldes qui culminent à l'occasion du "Cyber Monday".

Désirant donner un retentissement mondial à cet événement, Alibaba mobilise pour l'occasion des stars internationales --cette année le basketteur Kobe Bryant et le groupe de rock OneRepublic-- lors d'un "gala" diffusé sur internet. Même si la journée "ne constitue qu'une fraction de ses ventes totales annuelles", elle représente "un baromètre de confiance pour le groupe", très surveillé par les investisseurs, indique à l'AFP l'analyste indépendant Li Chengdong. Or, si les transactions engrangées cette année se hissent à un nouveau un record, elles ne devraient pas réitérer la performance de l'an dernier: un bond de 60% par rapport au 11 novembre précédent, avertit M. Li. Un ralentissement qui s'explique par une conjoncture incertaine mais aussi par une régulation plus stricte du secteur par les autorités chinoises.

De l'autre côté du Pacifique, Alibaba (coté à New York) fait l'objet d'une enquête du gendarme boursier américain (SEC), qui soupçonne que les chiffres de vente qu'il communique sont artificiellement gonflés. De fait, le groupe chinois fait état dans ses chiffres de vente du "volume total des biens échangés", dont le montant ne saurait selon la SEC être confondu avec un chiffre d'affaires, puisque Alibaba ne vend pas les produits lui-même mais met en relations acheteurs et vendeurs. Sa plateforme Taobao contrôle ainsi 90% du marché chinois des transactions de particulier à particulier, et son site Tmall représente 50% des ventes en ligne de professionnels à particuliers.

 

Ce vendredi, pas moins de 6,8 milliards de yuans (917 millions d'euros) ont été dépensés dès les cinq premières minutes sur les seules plateformes d'Alibaba.

Commentaires

-