Contrefaçons: un téléphone mobile sur cinq vendu dans le monde est un faux

Plaie mondiale

Contrefaçons: un téléphone mobile sur cinq vendu dans le monde est un faux

Publié le :

Mardi 04 Avril 2017 - 09:26

Mise à jour :

Mardi 04 Avril 2017 - 09:33
La contrefaçon ravage le domaine des produits high-tech. Certains biens sont plus particulièrement touchés, c'est notamment le cas des téléphones mobiles ou le phénomène a largement dépassé la cote d'alerte.
©Media-Saturn-Holding Gmbh/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le chiffre est sidérant, et l'étude publiée par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) résonne comme un coup de tonnerre en dévoilant l'ampleur du phénomène: un téléphone mobile sur cinq (19% précisément) vendu dans le monde est une contrefaçon. Un chiffre sidérant, montrant l'ampleur d'un phénomène qui s'est répandu dans le high-tech, largement plus que ce qu'il ne faisait dans d'autres domaines comme le luxe, la parfumerie ou les montres.

Il suffit de regarder les chiffres en détails pour réaliser le phénomène majeur qui touche la téléphonie mobile. En effet, selon l'OCDE, 6,5% des produits high-tech sont contrefaits (contre 2,5% pour l'ensemble des biens en général). Un taux de 19% pour les mobiles témoigne donc d'une surreprésentation considérable, qui s'explique par un prix moyen à l'achat élevé, ce qui permet de maximiser les gains sur les ventes de contrefaçons qui, elles, sont évidemment produites à coûts bas. D'ailleurs, seul un autre type de bien technologique "bat" les smartphones, et a lui aussi un prix d'achat élevé: les consoles de jeux (24%). Les ordinateurs portables (6%) par contre semblent relativement épargnés par le phénomène.

Sans surprise, c'est de Chine que viennent la majorité des produits contrefaits dans le domaine du high-tech (et des produits authentiques aussi !). Sur certaines marques locales, les chiffres affolent même les compteurs. La marque Xiaomi, basée à Pékin, et qui tente de plus en plus de conquérir un marché mondial, est par exemple ravagée par la contrefaçon: entre 30% et 40% des mobiles vendus sous son nom sont des faux, de l'aveu même du dirigeant de l'entreprise.

L'OCDE rappelle que si la contrefaçon représente toujours un danger pour l'utilisateur, les risques sont particulièrement accrus dans le domaine des produits high-tech: "Dans le cas des téléphones, par exemple, un faux risque de contenir une plus grande quantité de substances dangereuses (par exemple, le plomb et le cadmium) que le modèle imité, tandis qu'un chargeur de contrefaçon peut provoquer des incendies et chocs électriques".

Le phénomène touche un cinquième de tous les portables vendus dans le monde.

Commentaires

-