Evasion fiscale: le rapport accablant de l'ONG Oxfam qui accuse les banques européennes

Evasion fiscale: le rapport accablant de l'ONG Oxfam qui accuse les banques européennes

Publié le :

Lundi 27 Mars 2017 - 10:51

Mise à jour :

Lundi 27 Mars 2017 - 11:00
©Images Money/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'ONG Oxfam, qui traque l'évasion fiscale, vient de publier un rapport accablant sur les pratiques des banques européennes. Elles continuent largement à défiscaliser dans des Etats complaisants, n'hésitant pas à le faire de manière voyante et sans complexe. Les établissements français ne font pas exception.

Si les chiffres sont avérés, ils mettent en lumière les pratiques douteuses des banques et surtout l'impunité qui règne dans le secteur bancaire malgré les belles déclarations de principe. Selon l'ONG britannique Oxfam, les plus grandes banques européennes continuent à largement se reposer sur les paradis fiscaux, avec une prédilection marquée pour le Luxembourg, l'Irlande et Hong Kong.

Dans une étude publiée ce lundi 27, l'ONG explique que les banques déclarent un quart de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux (soit tout de même 25 milliards d'euros pour l'année 2015). Problème: si ces Etats à la fiscalité volontairement légère recueillent 25% des bénéfices, ils ne recueillent par contre que 12% du chiffre d'affaires et 7% des employés. Autrement dit, selon Oxfam, un "décalage flagrant", sans justification sur le strict plan de l'activité quotidienne. L'organisation accuse donc clairement les banques européennes de pratiquer l'évasion fiscale sans vergogne.

Certaines données dépassent même la logique. En Irlande par exemple, cinq banques européennes (dont la Société Générale) affichent une rentabilité supérieure à 100%. Autrement dit, elles font plus de bénéfices… que de chiffre d'affaires.

Les banques hexagonales sont loin d'être sans reproche. Les cinq plus grandes banques françaises –que sont la BNP Paribas, la BPCE, le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel-CIC et la Société Générale- "ont déclaré 5,5 milliards d'euros de bénéfices dans les paradis fiscaux" affirme le rapport. Quatre d'entre elles sont notamment présentes aux Iles Caïmans, où elles ont réalisé "174 millions d'euros de bénéfices". Problème, leur nombre d'employés sur place est de… zéro. De l'évasion pure et dure donc.

Les bénéfices totaux logés dans des paradis fiscaux atteint les 25 milliards d'euros pour 2015.


Commentaires

-