Fusillade de Las Vegas: les actions des fabricants d'armes s'envolent après la tuerie sur le Strip

Fusillade de Las Vegas: les actions des fabricants d'armes s'envolent après la tuerie sur le Strip

Publié le :

Mardi 03 Octobre 2017 - 11:05

Mise à jour :

Mardi 03 Octobre 2017 - 11:15
Lundi, quelques heures seulement après le massacre de 59 personnes sur Las Vegas Boulevard par Stephen Paddock depuis sa chambre du Mandalay Bay, les actions des principaux vendeurs d'armes et de munitions se sont envolées. Ce n'est pas la première fois que ce phénomène est observé après un massacre par arme à feu.
©Abir Anwar/Flickr
PARTAGER :

Damien Durand

-A +A

Le phénomène est connu et même indépendant des intéressés, il provoque néanmoins le malaise au moins sur le plan symbolique: lundi 2, quelques heures après la fusillade sur le "Strip" de Las Vegas qui a provoqué la mort de 59 personnes, les actions des gros acteurs de l'armement ont bondi en Bourse.

Sturm Ruger & Company Inc. a pris ainsi 3,48% tandis qu'American Outdoor Brands Corp gagnait 3,21%. Olin Corp, une entreprise fabriquant notamment des munitions, bondissait elle de 6,63%, la meilleure performance sur une journée de son histoire.

Ce n'est pas la première fois que les valeurs boursières des entreprises fabriquant des armes disponibles au grand public dans la majorité des Etats américains profitent d'un événement dramatique. Que ce soit après les tueries de Sandy Hook (2012, 28 morts), d'Aurora (2012, 12 morts), de San Bernardino (14 morts) ou du Pulse à Orlando (2016, 50 morts), les actions ont à chaque fois réagi positivement sur les marchés.

Comment expliquer le phénomène? Les mouvements boursiers sont parfois difficiles à justifier mais a priori chaque massacre par arme à feu fait revenir –et Las Vegas ne fait pas exception– le débat sur un plus grand contrôle des armes dans le champ politique. Or, les amateurs d'armes à feu anticipant de futures interdictions ont tendance à se ruer sur des armes, améliorant les ventes de cette industrie.

Durant les huit ans de l'administration Obama (2008-2016) le secteur de l'armement s'est justement très bien porté, l'ancien président ayant annoncé à plusieurs reprises –notamment après la mort de 20 petits enfants lors de la tuerie de Newtown en 2012– qu'il allait s'impliquer dans un processus législatif limitant les armes. Les ventes ont décollé et aucune limitation réelle n'a vu le jour.

D'ailleurs, ironie du sort, les compagnies s'attendent à de mauvais chiffres pour cette année. Sturm Ruger & Company Inc. a annoncé que des derniers résultats trimestriels (avril-juin) ont chuté de 22% et les bénéfices de 50% par rapport à l'année précédente, la dernière de l'ère Obama. America Outdoor Brands Corp a même annoncé une baisse de 40% de son chiffre d'affaires trimestriel.

Plus le risque de législation restrictive est élevé, meilleures sont les ventes.


Commentaires

-