Huawei aurait développé secrètement un réseau mobile en Corée du Nord, malgré les sanctions

Huawei aurait développé secrètement un réseau mobile en Corée du Nord, malgré les sanctions

Publié le :

Lundi 22 Juillet 2019 - 20:16

Mise à jour :

Lundi 22 Juillet 2019 - 20:32
© WANG ZHAO / AFP
PARTAGER :
-A +A

Selon une information du journal américain "The Washington Post", la société chinoise Huawei aurait développé un réseau mobile en Corée du Nord. Si l'information était avérée, elle mettrait l'entreprise de Shenzhen dans une situation un peu plus difficile encore vis-à-vis des autorités américaines.

L’information est vigoureusement démentie par l’entreprise citée: selon une information du quotidien américain The Washington Post publiée ce lundi 22, la société chinoise Huawei aurait secrètement aidé la Corée du Nord à se doter d’un réseau mobile, et à l'entretenir, pendant plusieurs années.

Or, cette activité contreviendrait aux limitations imposées aux exportations en Corée du Nord par les Etats-Unis (en plus de celles décidées par l’ONU), alors que Huawei doit déjà faire face à un bras de fer difficile avec Washington sur les liens commerciaux présumés entre l’entreprise et l’Iran.

Le journal explique que c’est un ancien employé de Huawei qui lui a communiqué les documents (dont une partie sont publiés sur le site) attestant d’une collaboration entre Huawei et Pyongyang depuis huit ans, en passant par un partenariat avec une autre société chinoise –Panda International Information Technology Co. Ltd– dans le but de rendre plus opaque le lien commercial. Il s’agirait peu ou prou de la même manœuvre que celle dont l’entreprise est suspectée vis-à-vis de l’Iran, où la société visant à "leurrer" les autorités américaines –Skycom– était basée à Hong Kong. L’entreprise est aussi soupçonnée de servir de cheval de Troie pour les services de renseignements chinois.

Dans un communiqué adressé au journal, Huawei affirme n’avoir "aucune présence commerciale" en Corée du Nord. Le département du Commerce américain, de son côté, avait ouvert une enquête en 2016, mais sans conclusion annoncée. Huawei est aussi poursuivi par le département de la Justice pour fraude bancaire et violation des sanctions sur le dossier iranien.

Lire aussi - Huawei privé de Google: quelles conséquences pour les utilisateurs?

Le dossier est particulièrement sensible pour Huawei: l’entreprise qui fabrique aussi des téléphones mobiles sous sa propre marque espérait devenir le premier acteur de ce marché en 2019. Mais les sanctions imposées par les Etats-Unis qui interdisent à ses entreprises de collaborer avec la société chinoise. Le 10 juin dernier, l’entreprise basée à Shenzhen avait admis qu’elle ne parviendrait pas à dépasser le sud-coréen Samsung cette année.

Plusieurs pays sont en outre réticents à attribuer à la société chinoise le marché des futurs réseaux 5G. Le 9 juillet dernier, Monaco est devenu le premier pays intégralement couvé par la 5G grâce au réseau de Huawei et plusieurs pays africains devraient emboîter le pas.

Voir aussi:

Miné par les sanctions, Huawei admet qu'il ne dépassera pas Samsung

5G: Huawei prêt à signer des accords de "non espionnage" (président)

Le journal américain affirme que Huawei travaille depuis des années en Corée du Nord.


Commentaires

-