Juncker: l'UE survivra au Brexit, assure-t-il

Juncker: l'UE survivra au Brexit, assure-t-il

Publié le :

Mercredi 14 Septembre 2016 - 16:20

Mise à jour :

Mercredi 14 Septembre 2016 - 16:20
©Isopix/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'Union européenne survivra au Brexit, a assuré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Strasbourg ce mercredi, dévoilant une série de "solution concrètes" visant à ressouder le Vieux Continent divisée "entre l'Est et l'Ouest".

L'UE survivra à la "crise existentielle" suscitée par le Brexit, a certifié ce mercredi 14 le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans son discours annuel sur l'état de l'Union, exhortant les gouvernements à résister au populisme. "Il y a des fractures, des fissures, des fragmentations qui s'expriment parfois et cela fait le lit du populisme", a estimé M. Juncker devant le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg. Mais "le populisme ne règle pas les problèmes, au contraire", a-t-il ajouté, déclenchant des applaudissements nourris de l'hémicycle. Et les railleries des europhobes: "Après vous avoir entendu, je suis heureux que nous ayons voté pour partir", lui a lancé le député britannique Nigel Farage, chantre du Brexit, tandis que la députée d'extrême droite Marine Le Pen l'accusait de n'avoir "rien entendu de l'immense aspiration des peuples à retrouver leur indépendance".

Au fil de son discours programme --un exercice annuel-- Jean-Claude Juncker a dévoilé une série de "solutions concrètes", visant à ressouder une Europe divisée "entre l'Est et l'Ouest", à deux jours d'un sommet de chefs d'Etat et de gouvernement à 27, sans le Royaume-Uni, vendredi 16 à Bratislava. Parmi elles, le renforcement du plan d'investissement qui porte son nom, pour renforcer la croissance, et la création d'un quartier général unique dans l'Union européenne, afin d'améliorer la coopération en matière de sécurité et de défense. Sous pression depuis le vote sur le Brexit, il a commencé par inviter le Royaume-Uni à demander "rapidement" sa sortie de l'UE, afin de "mettre un terme aux (...) incertitudes". Son espoir: une future "relation amicale" avec Londres, mais pas d'Europe "à la carte".

La Commission a d'ailleurs officiellement lancé ce mercredi un groupe de travail chargé de ces négociations, qui débutera le 1er octobre autour du Français Michel Barnier et de l'Allemande Sabine Weyand. "Nous respectons la décision britannique tout en la déplorant, mais l'UE n'est pas menacée dans son existence par cette décision", a souligné M. Juncker. Ce serait une "erreur fatale" de ne pas tirer les leçons du Brexit, avait déjà prévenu le président du Conseil de l'UE, Donald Tusk, pour qui le sommet de Bratislava constituera "un tournant décisif" quant à la protection des frontières extérieures européennes face aux inquiétudes nées de la crise migratoire.

L'Union européenne doit "s'affirmer davantage en matière de défense", a également déclaré Jean-Claude Juncker, qui a plaidé pour la création d'un quartier-général unique au sein de l'UE. "Nous devons (...) nous orienter vers des ressources militaires communes, qui dans certains cas relèveront de l'Union en pleine complémentarité avec l'Otan", a-t-il ajouté. Sur le plan économique, il a réclamé "une Europe qui protège", plus sociale: "L'Europe n'est pas le Far West, c'est une économie sociale de marché", a-t-il résumé. Il a ainsi promis de continuer à lutter contre le chômage, notamment des jeunes, proposant pour cela, non seulement d'accélérer l'Union des marchés des capitaux, mais aussi de doubler la capacité du plan d'investissement qui porte son nom, lancé en 2014 pour stimuler la croissance. Nouvel objectif: 630 milliards d'euros d'investissements dès 2022.

"Je ne peux pas accepter (...) que l'Europe soit et reste le continent du chômage des jeunes", a-t-il lancé, proposant, également pour la jeunesse, la création d'un "corps européen de solidarité" opérationnel "avant la fin de l'année". Le chef de l'exécutif européen a par ailleurs annoncé deux importants projets de réforme, sur les télécoms et les droits d'auteur, avec plus de trois millions d'emplois à la clé. Pas "fanatique du libre-échange", il a cependant appelé à poursuivre les accords commerciaux avec des pays tiers, qui "apportent plus d'emplois", malgré l'impasse actuelle des négociations, très critiquées, avec les Etats-Unis. Enfin, il a évoqué un nouveau projet calqué sur le "plan Juncker", mais orienté vers l'Afrique et le Moyen-Orient. L'objectif sera de lever au moins 44 milliards d'euros, chiffre qui pourra atteindre 88 milliards en fonction de la participation des Etats membres, afin de s'attaquer "à l'une des causes profondes de la migration".

M. Juncker était par ailleurs attendu par les députés sur l'évasion fiscale, après la retentissante décision de la Commission, qui a contraint le géant américain Apple à rembourser à l'Irlande 13 milliards d'euros d'"avantages fiscaux indus". "Chaque entreprise, quelle que soit sa taille, doit payer des impôts là où elle fait des bénéfices", a-t-il prôné. "En Europe, nous n'acceptons pas que de puissantes sociétés obtiennent secrètement des accords illégaux sur leurs impôts".

 

"Le populisme ne règle pas les problèmes, au contraire", a lancé Jean-Claude Juncker ce mercredi.

Commentaires

-