La Chine veut interdire le minage de Bitcoin, le cours en danger?

La Chine veut interdire le minage de Bitcoin, le cours en danger?

Publié le :

Mardi 09 Avril 2019 - 17:37

Mise à jour :

Mardi 09 Avril 2019 - 18:01
© Lars Hagberg / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Lundi 8, un organisme de planificiation économique chinois a proposé d'interdire le minage de Bitcoin, l'énergie utilisée par les ordinateurs surpuissants pour générer une unité de cryptomonnaie étant jugée excessive. Or, l'actif dématérialisé est souvent très sensible à des telles contraintes législatives. 

Il est encore trop tôt pour estimer avec exactitude l’impact de cette nouvelle, mais l’actif en question s’est toujours montré sensible face à de telles décisions. Les autorités chinoises ont annoncé qu’elles envisagent d’interdire le minage de Bitcoin, la pratique qui consiste à utiliser des ordinateurs à très haute capacité en calcul pour générer de la monnaie virtuelle.

C’est la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR), la principale autorité de planification de l’économie chinoise, qui a proposé lundi 8 une liste de 450 activités qu’elle juge incompatible avec la loi ou trop usantes en ressources ou pour l’environnement.

Les motivations exactes de la Chine restent encore obscures –d’autant que l’échange de crypto-monnaie n’est pas concerné, seul le minage serait banni– et l’hypothèse avancé par les autorités pourrait être crédible. Chaque transaction en Bitcoin nécessite maintenant 215 kWh d’énergie tant les calculs sont devenus complexes, soit plus que la consommation d’un ménage français pour deux semaines.

Lire aussi - Facebook lance sa cryptomonnaie: va-t-elle tuer le Bitcoin?

Mais la Chine est toujours restée méfiante face au Bitcoin, un actif dont le créateur reste inconnu, dont les cours ne répondent à la législation d’aucune structure de contrôle et qui peut servir à certains investisseurs à faire sortir des capitaux de Chine.

Le Bitcoin a déjà connu des variations à la baisse assez massive lorsqu’un Etat a annoncé sa volonté de réguler. Fin 2017, la Corée du Sud, qui représentait à l’époque 20% du marché, avait annoncé la fin de l’anonymat sur les plateformes de trading, et l’obligation de renseigner son vrai nom. Le cours avait chuté e plus de 11% en une journée et amorçé une année 2018 particulièrement difficile pour la cryptomonnaie.

Voir aussi:

Le bitcoin s'effondre, les épargnants sont-ils ruinés?

Le bitcoin, mode d'emploi

Le minage de Bitcoins (effectué ici par un "mur" d'ordinateurs) est gourmand en énergie.


Commentaires

-