La Réserve fédérale américaine annonce la fin du "quantitative easing", le soutien monétaire à l'économie

Relâche

La Réserve fédérale américaine annonce la fin du "quantitative easing", le soutien monétaire à l'économie

Publié le :

Jeudi 06 Avril 2017 - 10:40

Mise à jour :

Jeudi 06 Avril 2017 - 10:53
Depuis la crise de 2008, la Réserve fédérale américaine soutenait, à grands coups d'injection de capitaux, le système monétaire et les taux d'intérêts aux Etats-Unis. Mais cette politique pourrait changer. C'est en tout cas ce qu'on décidé les membres du conseil d'administration lors de leur dernière réunion.
© SAUL LOEB / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La Réserve fédérale américaine (la Fed, qui remplit les fonctions d'une banque centrale) va réduire le niveau de soutien qu'elle accordait jusque-là à l'économie des Etats-Unis, via sa politique monétaire particulièrement accommodante. C'est lors de la dernière réunion de ses membres à la fin du mois de mars que la décision a été prise. Les minutes de la rencontre ont été publiées mercredi 5.

Une telle décision pourrait marquer la fin de la politique de "quantitative easing" ("assouplissement quantitatif") lors de laquelle l'autorité monétaire américaine faisait l'acquisition de nombreux actifs financiers et de titres de dette. Le but était de maintenir le système financier américain durement touché par la crise de 2008. Cette politique avait également pour but de soutenir des taux bas, en injectant des fonds dans l'économie américaine et facilitant ainsi le crédit, pour encourager la reprise et garantir l'investissement.

Cette décision est un signal que la Fed estime que l'économie américaine est suffisamment stable et donne d'assez bonnes garanties sur l'évolution de l'inflation, du chômage et de la croissance pour se passer progressivement de l'injection des capitaux de la banque centrale.

La Fed avait déjà averti qu'à terme elle relâcherait son soutien, garantissant qu'elle préviendrait les acteurs de l'économie assez longtemps à l'avance. Aucune date n'a d'ailleurs été précisée pour le relâchement effectif du soutien.

La Banque centrale américaine est actuellement sous le regard des observateurs qui cherchent à savoir comment va évoluer l'institution après l'accession de Donald Trump à la Maison-Blanche. L'un de ses membres, Jeffrey Lacker, vient d'être poussé à la démission mardi 4, pour avoir commenté des informations qui n'étaient pas encore du domaine public. Mercredi 5, c'est Daniel Tarullo, un autre gouverneur, qui a quitté la Fed (il avait annoncé son départ en février) pour protester contre la volonté de Donald Trump d'assouplir la loi Dodd-Franck qui encadre la gestion des capitaux propres des banques américaines. Il y a donc trois sièges à pourvoir, sur les sept que compte le conseil d'administration de la Fed, ce qui pourrait permettre à Donald Trump de placer ses hommes, les dirigeants de la Fed étant nommé par le président, sous réserve d'une confirmation du Sénat américain.     

La Fed soutient activement l'économie américaine depuis la crise de 2008.

Commentaires

-