Greyball: l'outil secret des chauffeurs Uber pour contourner la police

Greyball: l'outil secret des chauffeurs Uber pour contourner la police

Publié le :

Mardi 07 Mars 2017 - 14:54

Mise à jour :

Mardi 07 Mars 2017 - 15:12
©Bastien Inzaurralde/AP/SIPA
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des anciens employés d'Uber ont révélé dans le "New York Times" vendredi que l'entreprise de transports avait permis à ses chauffeurs d'utiliser un logiciel espion entre 2014 et 2015, et ce afin d'éviter les contrôles de police.

En plein scandale sexuel (à cause de l'un de ses chauffeurs américains), ayant conduit son directeur technique à démissionner, Uber s'enfonce un peu plus dans sa spirale négative et n'arrive décidément pas à se défaire de sa réputation de mauvais élève dans le domaine des transports.

Le New York Times a en effet révélé vendredi 3 que l'entreprise de VTC avait permis à ses chauffeurs d'utiliser pendant plusieurs mois un logiciel espion permettant d'éviter les contrôles de police. Ce logiciel s'appelle "Greyball" et il a été utilisé entre 2014 et 2015, dans des grandes villes -comme Boston, Las Vegas, Paris ou ailleurs en Chine, Australie et même Corée du Sud- où Uber était soit très peu toléré soit totalement interdit.   

"Greyball" n'était qu'un outil contribuant au déroulement d'une vaste opération de fraude appelée VTOS (initiales de l'anglais "violation of terms of service", soit en français: "violation des conditions de services). Ce dispositif a donc été utilisé pour la première fois en 2014 à Portland dans l'Oregon aux Etats-Unis alors qu'un policier sous-couverture avait souhaité monter dans un VTC, en se faisant passer pour un client lambda.

En 2015, "Greyball" aurait servi aux chauffeurs français sur Paris lors des grandes manifestations et opérations de blocage à cause de l'application UberPOP (rendue illégale depuis), qui autorisait les particuliers à transporter des clients.

Désormais, "Greyball" ne serait plus en service. Ces révélations, qui ont été faites au New York Times par quatre anciens employés souhaitant rester anonymes par peur de représailles d'Uber, interviennent aussi quelques jours après que Google ait accusé la société de VTC de vol de technologies.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :


Greyball a été utilisé pour la première fois par un chauffeur Uber en 2014 à Portland aux Etats-Unis.

Commentaires

-