Un tiers des grandes villes ont augmenté leurs impôts locaux en 2015

Un tiers des grandes villes ont augmenté leurs impôts locaux en 2015

Publié le :

Dimanche 20 Septembre 2015 - 10:16

Mise à jour :

Dimanche 20 Septembre 2015 - 11:51
Selon une étude parue samedi 19 dans "Le Figaro", 37% des villes de plus 100.000 habitants ont relevé leurs impôts locaux en 2015, en moyenne de 1,8%. C'est respectivement à Toulouse et à Lille que les taxes d'habitation et foncière ont le plus augmenté.
©Stéphane Demolombe/Flickr
PARTAGER :
-A +A

Alors que les maires de France se sont mobilisés samedi 19 pour alerter sur les conséquences de la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales, une étude parue dans Le Figaro révèle que plus d'un tiers des grandes villes françaises ont relevé leurs impôts en 2015, en moyenne de 1,8%. Ainsi, face aux pertes des budgets locaux (les coupes se chiffrent à 3,67 milliards d'euros rien qu'en 2015, dont un peu plus de 2 milliards pour les communes et les intercommunalités), après trois années consécutives de pause fiscale, 37% des villes de plus de 100.000 habitants ont voté cette année pour une augmentation des taxes sur les ménages (taxe d'habitation et taxe foncière). 

"Cette hausse est certes supérieure à ce que les élus avaient envie de faire. Mais elle est très inférieure à ce qu'elle sera l'an prochain où l'on connaîtra un phénomène de rattrapage par rapport au cycle électoral habituel", explique Olivier Régis, président du Forum des gestions des villes et des collectivités territoriales qui a réalisé l'étude, au Figaro. En effet, si 2015 est une année électorale (départementale et régionale), traditionnellement peu sujette à des hausses d'impôts importantes, il n'y aura en revanche aucune élection en 2016.

En ce qui concerne la taxe d'habitation-calculée à partir de la valeur locative théorique nette du logement-, la plus forte hausse a eu lieu à Toulouse (+11,5 %, soit 112 euros en plus par contribuable). La ville rose est suivie de Lyon (+4,2 %), Bordeaux (+3,7 %) et Marseille (+3,3 %). C'est toutefois toujours à Lille que cette taxe est la plus importante (avec un taux de 45,65 %), devant Marseille et Nîmes.

Quant à la taxe foncière, c'est à Lille qu'elle a le plus augmenté (+23,3 %), devant Toulouse (+13,3 %) et Strasbourg (+6 %). Grenoble est la ville où cette taxe est la plus forte, devant Angers et Caen. Sans surprise, Paris et Boulogne-Billancourt restent les villes affichant les plus faibles taux de taxe foncière et de taxe d'habitation. 

 

Si en 2015 les impôts ont augmenté en moyenne de 1,8% dans plus d'un tiers des grandes villes françaises, cela risque d'être pire l'année prochaine.


Commentaires

-