Au Gabon, la vente de bois précieux illégalement coupé inquiète

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Au Gabon, la vente de bois précieux illégalement coupé inquiète

Publié le 19/10/2018 à 06:45 - Mise à jour à 08:08
© XAVIER BOURGOIS / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Caroline CHAUVET - Oyem (Gabon) (AFP)

-A +A

En mars dernier, le Gabon a interdit la coupe du kevazingo, un bois précieux très apprécié en Asie. Mais l'autorisation de revente et de transformation de grumes saisies inquiète des ONG qui redoutent qu'elle n'encourage les coupes illégales.

"On nous dit que le kevazingo n'est plus coupé, mais nous voyons des camions chargés de kevazingo quitter la forêt pour aller à la capitale Libreville", s'étonne Martial, 54 ans, un habitant d'Oyem, capitale de la région du Woleu-Ntem (nord).

Il s'agit de "bois saisi ou abandonné, donc l'Etat le récupère en l'acheminant à Libreville", assure le directeur provincial des Eaux et Forêts de la région du Woleu Ntem (nord), Philippe Ongouli.

Une fois arrivées dans une zone économique spéciale proche de la capitale, les grumes de kevazingo sont valorisées par des entreprises asiatiques.

Celles-ci les transforment en mobilier pour le marché international, explique Kumar Mohan, responsable de la gestion de la chaîne logistique de la compagnie Gsez (Gabon special economic zone).

La compagnie Gsez, un partenariat public-privé entre l'Etat et l'entreprise singapourienne Olam, est devenue l'intermédiaire de l'Etat dans la récupération des bois saisis ou abandonnés.

La Gsez gagne 50.000 FCFA (76 euros) par m3, selon M. Mohan. L'Etat obtient, lui, 25% du prix d'une grume, selon le Directeur général des Eaux et forêts, Simplice Nteme.

Le prix d'un m3 de ce bois précieux varie en fonction de sa qualité entre 400.000 FCFA (environ 610 euros) et 1,2 million de FCFA (1.800 euros), de sources concordantes.

Des entrepreneurs gabonais profitent aussi de la valorisation du kevazingo, chargés de repérer puis d'amener le bois abandonné ou saisi vers un lieu de stockage où il sera récupéré par la Gsez.

Ces entrepreneurs, regroupés au sein de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises et industries (Cgpmei) ou du Collectif des forestiers et industriels gabonais (Cofiga), disent recevoir 30% sur le m3.

Avec cet argent, ils payent entre autres le villageois qui a identifié le kevazingo à hauteur de 60.000 FCFA (90 euros) à 70.000 FCFA (100 euros) par m3.

Légalement, le kevazingo appartient pourtant à l'Etat.

- Coupes illégales -

Avant le partenariat avec la Gsez, l'entrepreneur gabonais Emmanuel Nzue, président de la Cgpmei, revendait directement le kevazingo à des exploitants asiatiques, qui le payaient "en cash".

Et "plus il y avait une forte demande internationale, plus on faisait des coupes illégales", se souvient-il. Désormais, il explique que son activité repose sur la récupération du bois illégalement coupé, une activité légale mais qui inquiète les ONG environnementales.

Officiellement, le kevazingo désormais évacué a soit été "saisi" par l'administration, suite à une infraction, soit été "abandonné", c'est-à-dire est resté six mois au sol après abattage.

"Qui peut couper un kevazingo et l'abandonner?", s'étonne Marc Ona, président de l'ONG gabonaise Brainforest. Pour lui, "tant que le kevazingo saisi ou abandonné sera valorisé, il y aura toujours des gens qui vont couper du bois illégalement pour avoir un bénéfice".

"Nous avons remarqué depuis des années de travail que certains exploitants ou même des villageois, parfois avec d'autres complicités, coupent du bois illégalement puis le récupèrent six mois après comme bois abandonné. Donc c'est un système de blanchiment de bois illégal, et le bois récupéré est d'origine illégale", dit Luc Mathot, le président de Conservation Justice, qui lutte contre le trafic de bois et le braconnage au Gabon.

Depuis mars, aucune nouvelle coupe de kevazingo n'a officiellement été constatée par l'administration des Eaux et Forêts. Et M. Nteme l'assure, "au plus tard en décembre, tout le kevazingo (au sol) devrait être évacué, et ce sera terminé".

Auteur(s): Par Caroline CHAUVET - Oyem (Gabon) (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Vue aérienne de Nkok, une zone économique spéciale consacrée à la transformation du bois, à 30 km de Libreville (Gabon), le 9 septembre 2011

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-