Australie: feu vert du gouvernement au projet minier controversé d'Adani

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Australie: feu vert du gouvernement au projet minier controversé d'Adani

Publié le 09/04/2019 à 09:22 - Mise à jour à 09:42
© Saeed KHAN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Sydney

-A +A

Le très controversé projet de mine de charbon géante du conglomérat indien Adani, situé près de la Grande barrière de corail australienne, a été formellement approuvé par le gouvernement conservateur, une décision susceptible d'être remise en cause après les élections où l'opposition est donnée gagnante.

Le projet Carmichael, qui pèse plus de 20 milliards de dollars australiens (12 milliards d'euros) est depuis son origine plombé par les problèmes judiciaires et réglementaires ainsi que par l'activisme d'organisations dénonçant sans relâche son impact environnemental. Il accuse de nombreuses années de retard.

Il doit encore obtenir l'aval des autorités locales ainsi que de l'Etat du Queensland (nord-est), où la mine serait creusée.

Le projet a été source de divisions jusqu'au sein de la coalition conservatrice. La population du Queensland est également partagée, entre ceux qui y défendent ses retombées économiques et ceux qui s'inquiètent des conséquences environnementales.

"Ce projet a été soumis au processus d'approbation le plus rigoureux qui ait jamais été conduit pour un projet minier en Australie", a déclaré dans un communiqué la ministre de l'Environnement Melissa Price, en annonçant la validation par le gouvernement de la partie du projet concernant les eaux souterraines.

Il s'agissait de l'ultime feu vert requis des autorités fédérales.

Le directeur général d'Adani Australia Lucas Dow s'est félicité de cette décision en assurant que ce projet serait "durable sur le plan environnemental" et entraînerait la création de milliers d'emplois dans l'Etat.

- Travaillistes tiraillés -

L'approbation a été en revanche très critiquée par les organisations de défense de l'environnement, qui mettent en cause le fait qu'elle tombe quelques jours avant l'annonce de la date des élections fédérales, qui se tiendront le mois prochain.

Les écologistes font valoir que le charbon produit -- 28 millions de tonnes de charbon thermique par an à destination de l'Inde -- contribuera au réchauffement climatique global qui dégrade la Grande barrière. La matière première devra en outre transiter par un port proche du plus grand récif corallien au monde, accusent-ils.

"Les parlementaires de la coalition qui sont amoureux du charbon semblent avoir tordu le bras de la ministre de l'Environnement pour qu'elle accorde à Asani, à la veille de l'élection, l'accès aux précieuses nappes phréatiques du Queensland", a déploré dans un communiqué Christian Slattery, de la Coalition australienne pour la conservation.

Il a précisé que des inquiétudes existaient sur la quantité d'eau souterraine que la mine utiliserait pour ses opérations.

L'opposition travailliste, qui est donnée gagnante lors du scrutin attendu en mai, est de son côtée tiraillée entre les appels à soutenir l'emploi dans le Queensland, et la frange écologiste de ses partisans.

Dans sa réaction au feu vert gouvernemental, le leader du parti Bill Shorten s'est d'ailleurs concentré sur les dissenssions apparues au sein de l'exécutif au sujet de la mine, se gardant bien de dire si, une fois aux affaires, il annulerait cette décision.

La Grande barrière de corail, classée au Patrimoine mondial, est déjà menacée par les ruissellements agricoles, le développement et la prolifération des acanthasters, étoiles de mer dévoreuses de coraux.

Elle vient de subir plusieurs graves épisodes consécutifs de blanchissement imputés au réchauffement climatique.

Auteur(s): Par AFP - Sydney


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Manifestation contre le projet minier d'Adani, le 15 mars 2019 à Sydney, en Australie

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-