Code du travail: "manifestations" à la rentrée, prévoit Rugy

Code du travail: "manifestations" à la rentrée, prévoit Rugy

Publié le 10/08/2017 à 09:27 - Mise à jour à 11:27
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

François de Rugy a appelé jeudi le gouvernement et la majorité à maintenir une "détermination très forte" pour mener à bien les réformes, prévoyant la tenue de "manifestations" à la rentrée, notamment contre celle du code du travail.

"Nous avons fait adopter la loi d'habilitation à réformer le code du travail par ordonnances. On nous avait dit avant que c'était quasiment mission impossible", a rappelé le président de l'Assemblée nationale (REM, issu des écologistes) sur RFI, au lendemain de la clôture de la première session extraordinaire de l'Assemblée.

"Il y aura, c'est sûr, des manifestations" à la rentrée, "il vaut mieux en être conscient. D'abord parce que c'est une tradition dans notre pays et puis c'est aussi un droit, une liberté", a-t-il ajouté. Citant notamment le chef de file des députés de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, il a dit à son propos qu'il participait "un peu (à) une course avec les syndicats pour organiser la contestation".

"La détermination du président de la République, du gouvernement et de la majorité parlementaire est totale. La détermination à agir, à conduire des réformes, doit rester forte, malgré les oppositions qui sont par ailleurs légitimes", a dit M. de Rugy.

Il est revenu sur la session parlementaire achevée mercredi soir avec la large adoption du volet organique de la loi de moralisation de la vie publique. Pour lui, l'impression qui va "rester" après cette session "est que l'Assemblée nationale a décidé".

"Je suis attaché à cela. Si on débattait sans décider, ça veut dire qu'on se condamnerait à un Parlement impuissant, un Parlement qui se contenterait de parler", a-t-il dit.

Il a écarté toute accusation de condescendance ou de manque de respect de la majorité envers l'opposition à l'Assemblée. "L'opposition vous dira toujours qu'elle n'est pas assez entendue, pas assez écoutée, pas assez respectée", a-t-il déclaré. "2/3 du temps de parole a été utilisé par les oppositions" dans l'hémicycle, a-t-il déclaré à l'appui. "Il y a 5 groupes d'opposition, ça n'était jamais arrivé (...) donc il y a aussi une forme de surenchère entre les groupes", a-t-il estimé.

"Même au sein des oppositions de gauche on voit bien qu'il y a un peu une course à l’échalote entre M. Mélenchon et d'autres groupes. Voilà pourquoi on a peut-être ce schéma un peu particulier cette année", a-t-il dit.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy à Paris, le 9 août 2017

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-